En 2021, Renault a signé, pour la troisième année d’affilée, un déclin de ses ventes mondiales en volume. La faute aux pénuries de semi-conducteurs, qui a amputé la production du groupe de 500 000 véhicules. Cependant, cette contre-performance a été effacée par l’important bond des transactions de l’entreprise auprès des particuliers.

Selon Fabrice Cambolive, directeur commercial de la marque Renault, la demande mondiale s'intensifie en matière de voitures électriques et hybrides. Des modèles favorisant l'accroissement du revenu moyen par véhicule et déterminants dans la poursuite des objectifs carbone. Comparé à 2021, le marché se stabilisera au moins en 2022, estime le cadre. Cette année, Renault peut déjà s'appuyer sur un portefeuille de commandes inédit constituant un trimestre de distribution. À condition qu'il ne pâtisse pas trop des pénuries de composants électroniques.

En Europe, 30 % des immatriculations d'automobiles particulières de la marque concernaient en 2021 des voitures hybrides et électriques. Comparativement à 2020, cette part a gonflé de 17 %.


Une production en forte baisse en 2021

L'année dernière, la crise des semi-conducteurs a empêché le groupe Renault de fabriquer 500 000 voitures. La pénurie a surtout frappé sa filiale homonyme, qui a vu sa production perdre près de 400 000 véhicules. Une diminution qui affecte le monde de l'assurance auto. Lors d'une conférence de presse à distance, Fabrice Cambolive a déclaré :

On peut raisonnablement penser qu'en ayant la pleine capacité en termes de production (...) on serait revenu en hausse par rapport à 2020.

Avec des ventes en hausse de 74 % en 2021, la marque sportive haut de gamme Alpine s'est démarquée. Même chose pour Dacia, une enseigne fortement fructueuse nonobstant des prix moins élevés. L'an dernier, ses transactions ont grossi de 3 %.

Les mises à la route de la marque en Losange, la principale filiale du groupe, ont signé une contraction de 5,3 %. Dans les détails, celles liées aux fourgons ont bondi de +19 % tandis que celles des voitures ont régressé de -10,5 % .

Le groupe se concentre sur son redressement financier

Dans le même temps, deux relais de croissance passés du groupe ont également accusé un effondrement de leurs ventes :

  • La JV chinoise Jinbei : -41,7 % ;
  • La marque coréenne Renault Samsung Motors : -36,3 %.

Globalement, le groupe Renault a informé le 17 janvier 2022 qu'en 2021, ses transactions aux particuliers se sont améliorées substantiellement. Il masque ainsi la divulgation d'une troisième année d'affilée d'écroulement des transactions mondiales en volume dû aux pénuries de puces. Dans un communiqué, il a précisé :

Renault Group poursuit sa politique commerciale initiée au troisième trimestre 2020 qui conduit à une progression de la part de ses ventes sur les canaux les plus rentables.

La filiale low cost de l'entreprise, Dacia, a même accompli trois quarts de ses immatriculations auprès des particuliers. Derrière Toyota et Volkswagen, il figure désormais parmi les trois meilleurs fabricants du segment sur le Vieux Continent.

Sous l'autorité de Luca de Meo, son nouveau DG, Renault s'attèle aujourd'hui pour rétablir son état financier. Ainsi, le groupe a abandonné sa stratégie de développement en volume, instaurée depuis de longues années.