Durant ce mois d’octobre, Great Wall Motor entrera en négociation avec Nissan et les autorités espagnoles. Les pourparlers seront axés sur la reprise de l’une des 3 usines du fabricant automobile japonais à Barcelone. Des discussions seront également menées avec Silence et QEV Technologies au sujet du rachat des deux autres sites.

Début octobre dernier, une réunion entre les responsables de Nissan Motor Ibérica a été organisée. Son objet : la réindustrialisation de ses trois sites barcelonais de production. Un trio composé de Sant Andreu de la Barca, Montcada i Reixac et Zona Franca. Au terme de ladite réunion, Nissan a annoncé que son comité a décidé d'ouvrir une négociation préférentielle avec trois entreprises. Ces dernières portent sur Silence, un fabricant espagnol de motos électriques, son compatriote QEV Technologies et Great Wall Motor.

S'agissant du fabricant chinois d'automobiles, les discussions tournent autour du rachat de la plus grande usine barcelonaise. Un site qui devrait cesser complètement ses activités d'ici deux mois.


Les négociations tiennent comptent de tous les autres projets soumis

De moindre taille, les deux autres usines font aussi l'objet de négociation de rachat avec QEV Technologies et Silence. Les dirigeants de Nissan ont par ailleurs déclaré :

[…] Aucun des autres projets mis sur la table n'avait été exclu des discussions.

Cependant, l'existence de pourparlers préférentiels avec Great Wall Motors évince vraisemblablement le projet soumis par Punch. En septembre dernier, ce fabricant belge de voitures avait présenté un projet de véhicule hydrogène dans l'usine barcelonaise. Celui-ci requerrait 650 millions d'euros d'investissement pour les six prochaines années.

Le responsable des actions industrielles de Nissan en Espagne, Frank Torres indique :

Comme nous l'avons fait depuis le début, Nissan continuera à jouer un rôle actif en soutenant le développement des projets sélectionnés. L'entreprise travaillera avec les autres membres de la commission de réindustrialisation pendant les négociations avec la meilleure volonté de parvenir à un accord.

La conclusion de ce dernier devrait certainement présenter quelques impacts au niveau notamment d'une simulation assurance auto.

Great Wall souhaite conforter sa présence en Europe

Pour Great Wall Motor, les discussions avec le constructeur japonais s'inscrivent dans l'objectif de profiter d'une implantation directe en Europe. Un but qu'il entretient toujours malgré l'échec de son premier atelier de montage en Bulgarie. Pilotée en collaboration avec l'entreprise Litex Motors, cette usine a déposé le bilan quatre ans auparavant.


Au-delà de son éventuel aspect industriel, la campagne du constructeur chinois sur le Vieux Continent touche aussi aux produits. Sur le marché européen de voitures, il compte réussir en misant entre autres sur Wey et Ora. Deux marques dévoilées en même temps que deux véhicules lors du salon IAA de Munich le mois dernier. Parmi ces modèles se trouve la Ora Cat. Entièrement électrique, celle-ci avait déjà été lancée dans l'Empire du Milieu à la fin de l'année dernière. Elle se distingue par son style en même temps rétro et doux, mais aussi par son autonomie d'environ 400 kilomètres.