Valeo termine le premier semestre de 2019 avec des résultats positifs

L’année 2018 a été difficile pour Valeo. Elle a d’ailleurs été marquée par sa sortie du CAC 40 en raison de la chute de son cours, atteignant 59 %, la plus forte baisse connue par l’équipementier, et également par le CAC. Une baisse qui résulte en grande partie d’une difficulté à se relancer sur le marché.

Néanmoins, le Groupe semble avoir repris son positionnement et enregistre une hausse de 6 % de son chiffre d’affaires en 2019. Il maintient également son plan de réduction, et espère atteindre une marge opérationnelle d’au moins 5,8 % cette année. Les investissements en recherche et développement sont d’ailleurs maintenus afin de soutenir la croissance. Notre comparateur assurance auto vous met dans le contexte et vous explique la stratégie utilisée par Valeo.


Un contexte défavorable

Réaliser une croissance en 2018 semblait difficile pour Valeo, dans un contexte marqué par une baisse du marché automobile mondial. Sa situation a particulièrement été affectée par la chute de la production en Chine, qui a connu un recul de 16 % au cours du premier semestre. À ceci s’ajoute l’introduction de la nouvelle norme WLTP en Europe.

Deux évènements majeurs qui n’ont donc pas manqué d’impacter son chiffre d’affaires. Une amélioration a néanmoins été observée sur les résultats des premiers mois de cette année, publiés le 24 juillet dernier.

Le Groupe enregistre ainsi un chiffre d’affaires de 9,78 milliards d’euros, soit une hausse de 6 %, comparé à celui du second semestre de 2018. Cette augmentation se retrouve également sur son résultat net, qui atteint 162 millions d’euros et dénote une progression de 74 % par rapport à la même période. Au niveau de la marge opérationnelle, une hausse de 5,3 % a été constatée, contre 4,8 % au second semestre de 2018.

Des améliorations restent toutefois nécessaires. En effet, comparés aux résultats du premier semestre de l’an dernier, ceux du premier semestre de 2019 sont en baisse. Au cours des six premiers mois 2018, l’équipementier automobile a réalisé un chiffre d’affaires de 9,86 milliards d’euros. Sa marge opérationnelle était de 7,7 % et son résultat net a atteint 453 millions d’euros.


Pour optimiser sa croissance, le Groupe continue d’appliquer son plan de réduction. Il reste également sur son objectif de réaliser une marge opérationnelle entre 5,8 et 6,5 % pour cette année. L’atteinte de ces objectifs dépendra cependant de l’évolution du marché automobile. Il faudra donc attendre la fin de ce second semestre pour le savoir.

Soutenir la croissance au moyen des technologies électriques et autonomes

Afin d’améliorer son positionnement et sa croissance, Valeo maintient également ses investissements pour le développement des technologies dédiées aux véhicules électriques et autonomes. Des recherches qui paraissent indispensables au vu des avancées actuelles. En effet, le véhicule électrique est toujours handicapé par sa batterie, dont la puissance reste faible et qui représente entre un tiers et la moitié du coût du véhicule.

Les recherches doivent également concerner les véhicules autonomes dont le système n’est pas encore suffisamment fiable. Pour l’heure, il est difficile pour les acteurs concernés d’accepter leur usage régulier. Les conducteurs hésitent à les adopter, et les professionnels de l’assurance peinent à définir des offres appropriées.

Valeo compte ainsi allouer 785 millions d’euros à la recherche et développement dans ces deux secteurs. Il s’agit d’ailleurs d’un marché qui présente un potentiel non négligeable. Certes, le marché est restreint : 2 millions de véhicules électriques ont été lancés l’année dernière.


Cependant, le secteur connaît une croissance rapide, de l’ordre de 60 à 70 % chaque année pour les voitures électriques. Celle concernant les véhicules autonomes s’en approche également. Le bénéfice peut par ailleurs atteindre 5 000 euros par véhicule pour ces voitures autonomes.

À l’heure actuelle, Valeo traite déjà des commandes de lidars en série pour ses clients. L’entreprise devrait également prendre en charge les commandes de robotaxis en série prochainement. Ses investissements dans la recherche ont d’ailleurs augmenté par rapport à ceux du premier semestre 2018, où ils s’élevaient à 774 millions d’euros. Une légère baisse de 0,1 % a néanmoins été observée par rapport au second semestre 2018.