En faisant le bilan des innovations dévoilées au CES 2020, les experts estiment que l’industrie automobile évolue vers un nouveau modèle économique basé sur la monétisation des données. Les acteurs capables d’anticiper cette tendance pourront s’imposer rapidement dans le secteur automobile. En revanche, les constructeurs faisant l’impasse sur cette mutation menacent sérieusement la pérennité de leur marque.

Désormais, le marché automobile ne se réduit plus à la vente de matériel. Les marques commencent à diversifier leurs produits. Tesla, par exemple, propose des contrats d’assurance auto. En même temps, les véhicules embarquent de plus en plus d’équipements connectés. Le volume de données qu’ils génèrent ne ce cesse d’ailleurs d’augmenter. Dans ce contexte, les constructeurs s’appliquent à monétiser les data.

Cette tendance était notamment perceptible lors du CES 2020 qui s’est tenu du 7 au 10 janvier dernier. Depuis des années, les constructeurs présentent leurs innovations technologiques lors du salon de l’électronique. La dernière édition s’est toutefois démarquée par l’importance accordée au traitement des données des voitures connectées.

Une occasion unique pour les géants du numérique

Conscients de l’évolution de l’industrie automobile, les géants du numérique développent actuellement différentes solutions pour aider les constructeurs à valoriser les données produites par leurs véhicules. Mobileye d’Intel, par exemple, propose un système de conduite assisté à des marques comme Volkswagen, BMW ou Nissan. En contrepartie, l’entreprise récupère les données collectées par leurs terminaux.


Une fois anonymisés, tous ces renseignements seront agrégés sous la forme d’une carte détaillée des zones fréquentées par les véhicules équipés. Les constructeurs pourront ainsi perfectionner continuellement leurs logiciels de navigation. Durant le CES de Las Vegas, Intel a notamment présenté une carte de la ville dressée en 24 heures avec des données recueillies par des BMW circulant dans ses différents quartiers.

D’après l’entreprise, cette technologie est plus fiable par rapport aux dispositifs de navigation classiques en raison de la mise à jour continue des informations. Auparavant, ces informations pouvaient parfois être obsolètes et induire le conducteur en erreur. Ce système peut également être utilisé pour surveiller plus facilement et à distance l’état des différentes infrastructures d’une ville.

Selon Intel, le marché des data sera valorisé à 3,5 milliards de dollars à l’horizon 2030. Les analystes de McKinsey & Co prévoient, de leur côté, une valorisation à hauteur de 750 milliards sur la même période. Ce montant englobe la commercialisation des données anonymisées et les revenus provenant de services comme le ciblage marketing, les cartes connectées, etc.

Qualcomm, pour sa part, a présenté Snapdragon Ride à l’occasion du salon de l’électronique de Las Vegas. Cette nouvelle plateforme renferme des logiciels et des puces destinés aux voitures autonomes. À travers ce système, le numéro un mondial sur le marché des puces mobiles cherche notamment à limiter les coûts de fabrication et d’utilisation de ce type de véhicule.

Des collaborations prometteuses

Lors du dernier CES, AWS (Amazon Web Services) a annoncé sa collaboration avec BlackBerry sur un projet dédié à l’industrie automobile. Leur nouveau service permettra aux constructeurs d’améliorer les mises à jour des logiciels des voitures connectées. Ils pourront également surveiller à distance l’état du véhicule à travers les informations fournies par les capteurs.


Dans l’ensemble, les fabricants veulent à terme contrôler les data produites par leurs différents modèles connectés. Toutefois, ils ne disposent pas de l’expertise nécessaire pour l’instant. De ce fait, ils se retrouvent généralement devancés par les géants du numérique tels que Google ou Apple, respectivement via Android Auto et CarPlay. Les constructeurs cherchent ainsi des solutions pour remédier à cette situation.

La marque Fisker, par exemple, a présenté son dernier SUV électrique baptisé Ocean lors du CES 2020. Outre son cœur de métier, elle ambitionne désormais de tirer la majorité de ses revenus de services et de logiciels. L’entreprise fournit actuellement une application permettant d’effectuer des mises à jour des systèmes embarqués ou encore de passer commande.

Le géant américain Ford est également confronté à l’aspect incontournable des data avec la dernière création d’Agility Robotics. Il s’agit de Digit, un robot qui accompagne les véhicules de livraison du constructeur. Il est chargé de déposer les commandes sur le perron du destinataire. Toutefois, il a besoin de traiter les données fournies par la voiture pour se déployer et fonctionner correctement.

Ken Washington, CTO de Ford, estime par ailleurs que la récupération et le traitement des données se révèlent désormais indispensables pour améliorer en permanence le design des voitures. De cette manière, la marque pourra accélérer leur processus de développement et de commercialisation. Cette méthode permettra également aux constructeurs d’évoluer pour devenir un nouvel acteur du secteur des transports.