À l’instar des autres secteurs, le marché de l’automobile redémarre doucement après deux mois d’arrêt. Mais avec davantage de jours ouvrés que lors du bimestre précédent, le mois de mai présente de meilleurs chiffres concernant la vente de voitures neuves. Néanmoins, en comparaison avec la même période de 2019, une baisse conséquente est à signaler.

Entre 20 % et 30 % de baisse en 2020

Pour l’heure, les analystes ne disposent pas suffisamment de données chiffrées pour établir des prévisions plus ou moins précises quant à l’évolution du marché français de l’automobile pour cette année.

Mais certains observateurs se risquent tout de même à affirmer que,

Par rapport à l’année 2019, la baisse du nombre de nouvelles immatriculations en 2020 se situerait entre 20 % et 30 %.

Tout dépendra de la reprise. Les concessionnaires disposent encore de stocks importants de véhicules, mais la demande tarde à revenir.

Des constructeurs en difficulté

Cette crise sanitaire, qui a entraîné un arrêt total de toutes les activités professionnelles pendant presque deux mois, a grandement fragilisé la santé des entreprises. Les principaux constructeurs français enregistrent une chute des ventes de plus de 50 %.


La baisse la plus importante est constatée chez le groupe PSA, à savoir 56,07 %. Pourtant, le groupe composé de Peugeot, Citroën, DS et Opel parait en meilleure santé que le groupe Renault.

Les ventes de la marque au losange ont diminué de 50,39 %, assez pour l’obliger à adopter un plan d’austérité pour se sortir de la situation délicate dans laquelle elle se trouve.

Ce fameux plan a déjà été acté et il préconise, entre autres, la suppression de 14 600 emplois (10 000 à l’étranger).

Avec cette nouvelle directive, Renault espère économiser jusqu’à 2 milliards d’euros en 3 ans.

La lente relance du marché automobile n’affecte pas que les constructeurs et les concessionnaires. Si la consommation ne repart pas, d’autres secteurs vont être directement impactés, à l’image des banques et des autres organismes de crédit (crédits auto, financement LLD ou LOA), mais également du secteur de l’assurance auto.