Pourrait-il y avoir un lien entre les voitures autonomes et l’engouement des jeunes pour le binge-drinking?? La réponse est oui. En Australie, des participants à une enquête ont confié qu’ils s’adonneraient probablement à l’ivresse excessive s’ils n’avaient pas à prendre le volant. Pourtant, le but des voitures sans conducteur n’est pas d’inciter à l’alcoolisme.

Après une soirée bien arrosée, les conducteurs sont peu prudents sur la route. Ce phénomène est susceptible de s'aggraver avec l'arrivée des voitures autonomes. C'est le constat d'un récent sondage effectué auprès de jeunes Australiens. En effet, cette nouvelle technologie aurait tendance à les encourager à boire. Elle les inciterait même à s'adonner au binge-drinking. Pour rappel, cette pratique consiste à atteindre l'état d'ivresse le plus rapidement possible en buvant de l'alcool en excès.

Il est vrai que l'assurance auto s'avère indispensable en cas d'accidents. Mais le mieux n'est-il pas encore de les éviter ? La voiture autonome se présente ainsi comme une solution intéressante.


Comprendre le principe de la voiture autonome

Pour améliorer l'expérience des conducteurs, les grands constructeurs automobiles misent désormais sur la voiture autonome. Il s'agit d'un véhicule capable de rouler sans intervention humaine. Un système de pilotage automatique intégré prend les commandes pour fournir plusieurs niveaux d'autonomie :

  • Au niveau 0, le véhicule est encore sous le contrôle du conducteur ;
  • À partir du niveau 1, les systèmes comme le freinage automatique d'urgence sont enclenchés. À ce stade le conducteur tient toujours le volant, mais l'ABS et le régulateur de vitesse sont lancés ;
  • Au niveau 2, le volant peut être lâché et l'autopilotage prend le relais ;
  • Aux niveaux 3 et 4, la voiture surveille sa trajectoire et réagit en cas d'imprévus ou de modification d'environnement ;
  • À la 5ème position, le conducteur devient un simple passager. Le véhicule se charge de le conduire à la destination souhaitée.

37 % des jeunes automobilistes australiens risquent de boire plus si une voiture autonome est mise à leur disposition

Les ingénieurs n'avaient pas pensé au fait que les voitures autonomes risquent d'augmenter le taux d'alcoolisme au volant. Conscients de cette situation, des chercheurs australiens ont étudié le cas de 1?334 jeunes amateurs d'hyperalcoolisme. 37 % d'entre eux ont affirmé que le fait de ne pas prendre le volant les inciterait à boire plus.

Pour 49 % des participants au sondage, une voiture autonome serait la solution parfaite pour rentrer en toute sécurité. Un constat déjà confirmé par l'utilisation des services VTC par les fêtards nocturnes. En outre, le service serait moins coûteux par rapport aux taxis. À l'origine de cette enquête, le Professeur Simone Pettigrew explique :

Le principal challenge sera d'encourager l'utilisation des voitures autonomes sans pour autant inciter les automobilistes à boire plus.