En janvier 2020, les ventes de véhicules neufs ont baissé de 22 % en Chine. Le mois suivant, le marché s’est effondré, avec des livraisons qui ont plongé d’environ 80 %. En mars, le recul était encore important (-41,8 %). Si la situation s’est améliorée depuis, le pays a quand même fait état d’une chute de 5,5 % en avril.

L'épidémie de coronavirus a particulièrement affecté le premier marché mondial de la voiture. En février dernier, alors qu'elle a atteint le pic épidémique, la Chine a enregistré une importante baisse de ses ventes automobiles. Au cours des deux premières semaines du mois, le repli s'est établi à 92 %. Cette situation s'est certainement répercutée sur l'activité des professionnels de l'assurance auto.

À partir de mars, la régression s'est atténuée. Le mois suivant, le pays a réussi à écouler près de 1,45 million de véhicules particuliers. En guise de comparaison, les immatriculations ont totalisé 1,54 million d'unités en avril 2019, comme l'indique la Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles.

Quelles sont les prévisions pour le marché automobile chinois pour 2020 ?

Le coronavirus n'a pas encore été complètement éradiqué en Chine. Après n'avoir recensé aucun nouveau cas en 35 jours, Wuhan a enregistré 5 nouveaux malades le 11 mai dernier. Connue pour avoir été le point de départ de l'épidémie, cette ville est aussi un pilier de l'industrie automobile du pays.

Elle abrite une dizaine d'usines de constructeurs et pas moins de 500 équipementiers. Cette mégalopole fabrique autant de véhicules que l'ensemble des sites de production implantés en France.


Pour éviter une nouvelle vague de contamination, Wuhan compte dépister ses quelque 11 millions d'habitants et placer en immédiatement en quarantaine les individus testés positifs. En supposant que la Chine parvienne à maîtriser le virus, les spécialistes estiment entre 5 et 10 % le recul de son marché automobile pour cette année.

Nouveau rapport à la voiture individuelle en Chine

Au niveau des Chinois, les répercussions de la crise sanitaire se sont manifestées par la baisse de la consommation. Pour encourager l'achat de voitures, le gouvernement central a décidé de rallonger de 2 ans l'exonération de taxes pour l'acquisition de modèles non polluants. L'annonce y afférente a été faite en mars dernier. Cette mesure augmentera-t-elle davantage l'engouement pour la voiture individuelle constaté dans le pays depuis la levée du confinement ?

D'après les spécialistes, ce phénomène s'explique notamment par la crainte de la contamination. Une enquête Ipsos dévoilée en mars dernier révèle que les Chinois estiment qu'emprunter les transports en commun est risqué. Ainsi, 66 % des sondés ont indiqué leur ferme intention de prendre autant que possible leur véhicule personnel pour faire des trajets. Avant l'épidémie, ils n'étaient que 34 % à privilégier cette solution pour les déplacements.