En France, les ventes de voitures neuves sont sur une tendance baissière depuis l’année dernière. 2022 n’a pas échappé à cette règle pour permettre à ce marché d’afficher son douzième mois de baisse consécutif en mai dernier selon les données de Plateforme automobile pointant du doigt la part de responsabilité de la pénurie de puces électroniques dans ce phénomène.

Organisme rassemblant les constructeurs, Plateforme automobile suit de près l'évolution du marché des voitures neuves comme le fait un comparateur assurance ou un site spécialisé. Non pas sans raison puisque ce choix permet d'avoir une idée plus précise sur la stratégie à adopter dans leurs activités respectives en fonction des résultats récoltés.

À travers ses investigations, l'agence a découvert que les ventes ont encore reculé entre janvier et mai 2022 notamment à cause de la pénurie de semi-conducteurs ralentissant les livraisons depuis l'année dernière.

Une situation qui concerne principalement les modèles thermiques puisque les hybrides et l'électrique ont profité de l'occasion pour renforcer leur part respectivement élevée à 28,6% et à 11,9%.


La tendance s'est perpétuée

D'après Plateforme automobile, le marché tricolore a écoulé 126 813 voitures neuves à mai dernier. Un chiffre en baisse de 10,9% par rapport à l'année dernière sur la même période selon l'organisme indiquant qu'il s'agit là du douzième mois consécutif de décadence pour la filière.

Dans les détails, l'agence a même précisé que cette marche à reculons a eu tendance à se renforcer sur la période de janvier à mai 2022 durant laquelle 600 897 nouvelles immatriculations ont été enregistrées pour représenter une chute de 16,92%.

Un phénomène qui concerne la majorité des constructeurs sauf pour Hyundai-Kia qui a vu ses ventes progresser de 7,70% depuis début 2022 et une croissance de 23% rien que pour le cinquième mois de l'année. Pour les autres, c'est la chute libre en prenant en exemple le recul de :

  • 22,15% enregistré auprès de Stellantis ;
  • 22,12% pour Volkswagen, BMW, Toyota, Ford et Mercedes ;
  • 15,45% pour Renault.

La pénurie de puces électroniques y est pour beaucoup

Selon Plateforme automobile, cette chute des ventes affichée ces 12 derniers mois sur le marché des voitures neuves s'explique à travers une série de difficultés logistiques pénalisant aussi bien la filière européenne qu'américaine.

Concrètement, l'enseigne fait allusion à la part jouée par un obstacle majeur ralentissant la production au niveau des constructeurs éprouvant désormais une grande difficulté à respecter les délais de livraison comme l'a fait remarquer François Roudier s'exprimant en ces termes :

La pénurie de semi-conducteurs continue de ralentir les livraisons.

Ce responsable auprès de la plateforme a même ajouté que :

Alors que le printemps est censé être un temps fort pour la vente de voitures, les résultats ne sont pas bons du tout.

Et les contextes actuels liés à la recrudescence de la pandémie en Asie et notamment en Chine ne sont pas pour arranger les choses selon cet expert estimant que :

L'année 2022 pourrait s'avérer pire que l'année 2020, paralysée à moitié par le Covid-19.

Et d'ajouter :

On voit mal comment on pourrait reprendre les véhicules perdus au second semestre.