En raison de nombreux facteurs, les ventes de voitures d’occasion (VO) connaissent une belle reprise depuis la levée du confinement. En juin dernier, ce marché a enregistré une hausse de 28 % par rapport à la même période en 2019 selon le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles). Le point sur ce sujet.

Le succès des VO auprès des particuliers surprend les constructeurs comme les professionnels de l'assurance auto. Selon le CCFA, il s'en est vendu 592 699 unités en juin dernier. Il s'agit du volume le plus élevé enregistré au cours de la dernière décennie, comme le souligne un porte-parole du syndicat.

Pour les modèles de moins de 12 mois, la demande a été particulièrement forte, bondissant de 44 %. De leur côté, les VO âgées de 2 à 5 ans ont connu une hausse de ventes de 36 %. Ces résultats sont largement supérieurs à ceux enregistrés avant l'instauration du confinement, selon le directeur réseau France de Renault, Benoît Alleaume.


Qu'est-ce qui explique la progression des ventes de VO en juin 2020 ?

Guillaume Paoli, cofondateur d'Aramisauto, explique que la progression du marché des VO constatée en juin dernier est liée à un effet de rattrapage. En effet, nombre de véhicules n'ont pas pu être livrés durant le confinement. Il ajoute que la nouvelle prime à la casse a aussi contribué à la reprise du secteur automobile, notamment celle de la seconde main. 29 % des ventes de VO effectuées par Aramisauto en juin dernier sont d'ailleurs imputables à ce dispositif.

La hausse a été particulièrement marquée pour les électriques et les hybrides. Le CCFA note que les ventes de voitures zéro émission d'occasion se sont établies à 3 643 unités en juin dernier. C'est trois fois plus par rapport à la même période en 2019. Cette tendance à la hausse a été corroborée par le directeur général de Leboncoin, Antoine Jouteau :

Nous avons effectivement assisté à un quasi-doublement des demandes concernant les motorisations électriques depuis mai.

Les ménages français préfèrent acheter des voitures de seconde main

Depuis le déconfinement, les activités d'Aramisauto, entreprise spécialisée dans la VO, ont connu une hausse qui n'a cessé de se poursuivre. Guillaume Paoli explique :

Nous avons dû accélérer les cadences dans notre usine de reconditionnement situé à Donzère (Drôme). Nous y traitons aujourd'hui entre 70 et 80 voitures par jour.

En France, les ventes de VO sont environ trois fois plus importantes que celles de modèles neufs. Par exemple, 5,7 millions de véhicules de seconde main ont été achetés l'an dernier. Les acquéreurs étaient composés essentiellement de particuliers. Le cofondateur d'Aramisauto commente :

En réalité, moins de 4 % des 29 millions de ménages français achètent une voiture neuve.

Ce phénomène n'est pas étonnant sachant que la valeur d'un véhicule neuf diminue de près de 30 % dès sa première année. En 2019, les ventes sur ce segment se sont élevées à 2,2 millions d'unités. Les entreprises, les flottes automobiles et les loueurs représentaient la moitié des acheteurs.