Le secteur de l’automobile est affecté par une pénurie de matières premières. L’impact est toutefois différent pour les acteurs. Alors que le marché du neuf peine à trouver des clients, les vendeurs de véhicules d’occasion sont avantagés. Les voitures qui ont servi, facilement disponibles, coûtent dorénavant plus cher. Cette situation concerne aussi bien les anciens que les récents modèles.

Le marché de l'automobile prend une tournure inhabituelle depuis plusieurs mois en France. Selon les premiers constats, le prix des véhicules d'occasion dépasse celui des voitures neuves. De nombreux paramètres dont, notamment, le défaut de pièces (matériaux et puces), en sont les causes. Cette situation date depuis presque un an, mais le résultat est plutôt incertain. Certains acheteurs n'arrivent pas à suivre le rythme face à un prix d'achat important. La tendance n'est toutefois pas près de changer avec les problèmes d'approvisionnement des matières premières qui sévissent actuellement. Moins il y a de véhicules neuves disponibles, plus les prix continuent de hausser. Les acteurs du secteur automobile s'expriment.


La place aux voitures d'occasion

La pénurie de matières premières impacte automatiquement le temps de fabrication des voitures. De ce fait, les voitures d'occasion, déjà disponibles, attirent davantage les clients. De leur côté, les constructeurs comptent essentiellement sur les commandes avant de lancer le processus de production.

Simplicicar vend une voiture au bout de 15 jours en moyenne. Ce vendeur profite des problèmes de marché du neuf pour améliorer sa situation. Des véhicules de location arrivent aussi en grande quantité pour une revente.

La question d'une assurance auto pas cher se pose automatiquement. La hausse des prix concerne les voitures d'occasion de toutes marques et modèles. Selon Autobiz, les modèles récents coûtent environ 300 euros de plus qu'une voiture neuve. Cependant, il s'agit seulement d'une moyenne sur un an, parfois le prix ne dépasse pas le neuf.

La Dacia Sandero illustre parfaitement la situation. Le prix annoncé pour la SCe 65 Essentiel est de 10 990 euros chez Dacia. Elle est toutefois vendue à 11 990 euros chez un revendeur d'occasion selon Le Bon Coin, soit 1000 euros d'écart. Cette dernière a effectué une quinzaine de kilomètres.

En France, le marché de l'occasion recule cependant de 14,6 % entre septembre 2021 et septembre 2022.

Une occasion à profiter pour les revendeurs

Une différence de prix est également remarquée entre les voitures d'occasion de même modèle. Le fondateur de Simplicicar, Yoni Dayan, rapporte le cas d'une Smart Brabus :

Le client l'avait acquise en 2019 pour 14.000 euros, elle avait alors 20.000 kilomètres […] Il vient de la revendre, à 17.500 euros avec près de 45.000 kilomètres au compteur.

Il continue d'ailleurs de recevoir de nombreuses voitures d'occasion à vendre. Certains clients souhaitent en retour que Simplicicar leur trouve un autre véhicule.

Le directeur d'Autobiz, Emmanuel Labi, spécialiste de la cotation automobile, ajoute :

Concrètement des modèles aussi divers que des Dacia, des Peugeot 308 nouvelle génération ou des Tesla Model 3 valent actuellement sur des occasions de moins de 12 mois plus chers sur le marché que leurs prix neuf.

Les anciennes versions regagnent également l'intérêt. Ainsi, les voitures de huit ans et plus coûtent 180 euros à 200 euros de plus qu'il y a un an.