Le dynamisme du marché des véhicules de seconde main au sortir du confinement semble se confirmer. Les ventes continuent leur remontée au mois d’août. Selon les chiffres rapportés par Auto Scout 24, 484 231 transactions ont été recensées, soit +15,1 % plus élevé que le niveau enregistré sur la même période en 2019.

Un bond de +15,1 % en août

L'écart entre le marché des voitures neuves et celui de l'occasion s'accentue. Le site spécialisé a souligné dans un communiqué que

L'envolée des ventes de véhicules de seconde main ces derniers mois a permis de compenser peu à peu les pertes enregistrées pendant l'arrêt des activités.

Ainsi, le secteur n'est plus qu'à -10 % des performances réalisées pendant les 8 premiers mois de l'an dernier. À noter qu'outre les vendeurs, les professionnels de l'assurance auto profitent également de cette belle reprise.

Guillaume Paoli, cofondateur d'AramisAuto, explique ce rebond par

La nécessité d'acheter un véhicule en cas de déménagement, d'agrandissement de la famille ou de remplacement de l'auto actuelle.

Par ailleurs, la plupart des reports d'achat se sont concrétisés après le confinement. Le pouvoir d'achat des futurs propriétaires ayant été, pour certains, un peu favorisé par les économies réalisées pendant la crise sanitaire.


Des records de vente en mai et juillet

La vente de véhicules d'occasion a atteint des sommets depuis le début du déconfinement. Plus de 1,2 million d'unités ont été écoulées respectivement en mai et en juillet.

Ces performances record résultent essentiellement de la mise en place par le gouvernement du plan de soutien du secteur automobile, dont les 200 000 primes à la conversion qui s'appliquent aussi aux voitures d'occasion récentes

Les acheteurs ne sont pas passés à côté de cette opportunité. D'après Guillaume Paoli,

Plus d'un quart des ventes d'AramisAuto en juin et juillet ont profité de cette mesure. Même si cette dernière a pris fin en début août, cela n'a pas mis un frein aux ventes. 8 % des dossiers traités par AramisAuto en août ont bénéficié du nouveau dispositif qui l'a remplacée.

La rupture de stock guette

Comme la majorité des professionnels du secteur de l'occasion se fournissent auprès des entreprises et des loueurs de courte durée, ils restent prudents quant à l'avenir du marché.

En effet, les modèles récents récupérés risquent de manquer dans les mois à venir, puisque ces deux acteurs ont réduit significativement leurs investissements à cause de la crise.