Les prix excessifs des véhicules électriques et hybrides ont longtemps rebuté les Français, mais ces derniers semblent désormais plus enclins à en faire l’acquisition, révèle une étude récente. Ce changement de mentalité est la preuve que les efforts fournis par les constructeurs afin d’en simplifier l’accès commencent à porter leur fruit.

Les craintes sur l'autonomie et la difficulté de charge subsistent

Globalement, les Français sont sensibles aux problèmes environnementaux. Cependant, ils sont également très dépendants de leur véhicule. Pour le moment, la proportion d'automobilistes roulant en voitures hybrides ou à motorisation électrique reste moindre (respectivement 5 % et 2 %), mais la situation tend à évoluer.

Une étude portant sur les voitures dites « propres » a été menée dernièrement. Celle-ci avait comparé les opinions des automobilistes français à ceux de leurs homologues britanniques, allemands, américains et chinois. Elle révèle entre autres que

« Pour 66 % des Français, les inquiétudes concernant l'autonomie de la voiture sont un facteur d'hésitation pour l'achat ».

Ces craintes sont également partagées par la majorité des citoyens européens interrogés.


Autre facteur rédhibitoire : les éventuelles difficultés à accéder aux bornes de recharge sont citées par 64 % des Britanniques. Chez les Français, seulement 42 % ont cette appréhension.

La voiture à motorisation thermique est en train de perdre du terrain… sauf aux États-Unis

Les auteurs de ladite étude ont interrogé un panel de 2 000 personnes par pays. Pour ce qui est des Français, près de la moitié des sondés se disent être favorables à l'acquisition d'un véhicule propre.

Les favorables à ce projet se divisent en deux catégories :

  •   ceux qui songent sérieusement à remplacer leur modèle thermique par un hybride ou un électrique (13 %)
  •   et ceux qui sont encore en pleine réflexion (33 %).

Il s'agit du pourcentage le plus élevé en Europe, mais il reste moindre comparé aux résultats récoltés en Chine. Là-bas, la proportion de ceux qui vont souscrire une assurance auto pour leur véhicule électrique est de 14 %.

54 % des Chinois sondés ont l'intention d'en acheter alors que 21 % sont encore en tout début de réflexion.

Aux États-Unis, les voitures électriques peinent à séduire. Seulement 8 % sont décidés à se rendre chez un concessionnaire, 11 % sont en réflexion avancée et 34 % y ont pensé plus ou moins brièvement.