« L’attaque relais » gagne du terrain

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les véhicules équipés de systèmes de protection high-tech ne sont pas mieux protégés que ceux d’avant.

Les clés électroniques sans contact qui permettent de verrouiller/déverrouiller et de démarrer les autos constituent aujourd’hui leur plus grosse faiblesse en termes de sécurité.

En effet, elles peuvent être piratées facilement, une faille rapidement maîtrisée par les voleurs et utilisée dans ce qu’ils appellent l’« attaque relais ».

Le principe de cette technique repose sur la copie du signal émis par les clés électroniques lorsqu’elles sont utilisées pour fermer/ouvrir le véhicule.


Les malfaiteurs reproduisent le signal sur une nouvelle clé et peuvent ensuite profiter de l’absence du propriétaire pour prendre possession de l’auto, sans casse.

Le vol de sa voiture avec cette méthode met souvent le titulaire dans une situation délicate. En effet, l’assurance auto ne couvre pas toujours le vol de voiture sans la moindre trace d’effraction.

Revente dans les pays maghrébins

Selon un spécialiste de la sécurisation des véhicules,

« Les malfaiteurs sont très bien équipés afin de pouvoir contourner tous les dispositifs antivols ».

Pour enrayer ce phénomène, l’entreprise Coyote Group a mis au point un système de géolocalisation qui se met en marche dès lors que le piratage informatique a été confirmé.

Il existe donc une chance pour que la voiture soit retrouvée, à condition qu’elle soit encore sur le territoire français.

Mais d’après les informations recueillies par la presse spécialisée, la majorité des véhicules disparus sont rapidement acheminés vers les pays du Maghreb ou de l’Europe de l’Est.

Le développement de réseaux de vente clandestine de voiture favorise en effet l’augmentation exponentielle de cas de vols.