Alors que les rumeurs bruissent sur une éventuelle arrivée d’Apple sur le marché de la voiture électrique, c’est au tour de Xiaomi de se retrouver aujourd’hui au cœur de l’actualité. En effet, d’après un média local, le célèbre fabricant chinois de téléphonie mobile songerait également à se lancer dans ce secteur. Si cette information se révélait être exacte, il faut dire que le timing semble parfait, étant donné la stagnation du marché du smartphone.

Un fort intérêt du groupe chinois pour l'univers de l'automobile

Le mastodonte chinois a toujours été intéressé par le secteur automobile. Il y a 8 ans, Lei Jun, le patron de Xiaomi, s'est entretenu à deux reprises avec Elon Musk aux États-Unis pour évoquer le succès de Tesla.

En 2015, la firme chinoise a soutenu Nio, un fabricant de voitures électriques. À cette époque, elle n'a pas reçu des prévisions optimistes et n'a pas donné suite au projet.

Autre information qui prouve son intérêt pour l'univers de l'automobile : Xiaomi a mené un programme de recherches pour le lancement d'une voiture baptisée Mi Car en 2018 pour évaluer la faisabilité du projet.


Pour rappel, le recours à un outil comparatif d'assurance auto en ligne est utile pour trouver l'offre la mieux adaptée aux modèles électriques.

Au stade de rumeur pour le moment

Tous ces évènements laissent à penser que le fabricant chinois songerait sérieusement à se lancer sur le marché des voitures « propres » qui a le vent en poupe en ce moment. Mais pour l'heure, Xiaomi n'a ni confirmé ni infirmé cette rumeur. Si Lei Jun prenait son temps, c'est sans doute aussi parce qu'il ne voudrait pas prendre des risques inconsidérés.

Certes prudent et réfléchi, l'homme d'affaires reste malgré tout connu pour être très entreprenant et agressif. La société ne cesse d'ailleurs d'élargir son portefeuille de produits.

En 2015, elle a notamment mis les pieds dans l'industrie automobile en déposant de nombreux brevets (régulateur de vitesse, contrôle du véhicule, conduite assistée…). Quatre ans plus tard, le fabricant a signé un accord avec Mercedes-Benz pour l'intégration de son assistant vocal Xiao Ai et a finalisé sa surcouche MIUI pour être compatible avec le système des voitures.

En tout cas, le constructeur chinois dispose du savoir-faire et de toute la technologie nécessaires pour relever ce défi d'envergure. Reste à savoir si le PDG est prêt à sauter le pas.