Le conseil de la métropole de Lyon s’est fixé des objectifs ambitieux dans le cadre de la dépollution progressive de la ville. À cet effet, il compte élargir le périmètre des zones à faible émission (ZFE), et restreindre leur accès aux véhicules classés Crit’Air 5 à compter de début 2022. Mais la mesure la plus lourde concerne l’interdiction de tous les véhicules diesel en 2026.

L'interdiction des véhicules les plus polluants dès 2022

Le président écologiste de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, a annoncé le vote du plan pour l'élargissement de la ZFE mi-mars dernier. L'application de l'exclusion des véhicules diesel immatriculés avant le 31 décembre 2000 et des véhicules essence immatriculés avant le 1er janvier 1997 de la zone définie dès 2022 figure parmi les objectifs fixés.

Dans les détails, il est question de bannir progressivement les véhicules classés Crit'Air 4,3 et 2 entre 2023 et 2026. L'élu écologiste entend prioriser l'amélioration de la qualité de l'air pour lutter contre la pollution.

Concernant l'élargissement de la ZFE, il prévoit d'inclure la M6/M7. Comme l'application de ces mesures dépend fortement de l'État, le respect de la ZFE n'est pas aisé.


Pour compléter les vérifications effectuées par la police, Bruno Bernard propose d'instaurer un système de lecture automatique des plaques des automobiles en infraction dès le début de 2022, mais le gouvernement ne sera pas prêt pour ce type d'opération avant 2023. Il déplore d'ailleurs cette lenteur qui va à l'encontre des enjeux climatiques.

Une année pour se concerter

Toutes ces mesures ne vont pas être mises en place de manière unilatérale. Au contraire, une concertation sera lancée cette année afin de réfléchir à des dispositifs d'accompagnement.

Les débats seront axés sur la recherche d'alternatives aux véhicules comme l'expansion des vélos et des transports en commun (transport ferroviaire…). Les échanges risquent d'être houleux au regard des nombreux groupes politiques qui n'ont pas bien accueilli ces nouvelles restrictions.

Ceux qui souhaitent rouler propre et accéder librement à ces ZFE dans les années à venir pourront également optimiser les coûts d'utilisation de leur véhicule en utilisant un comparatif assurance auto. Les assurances pour les voitures électriques coutent en effet moins cher que celle des automobiles à motorisation essence ou diesel.