Le samedi 20 février dernier, la Fédération française des motards en colère (FFMC) avait appelé ses membres à une mobilisation générale pour demander la légalisation de la circulation interfiles.

Un enjeu de sécurité

Entre 2016 et 2021, une expérimentation autorisant les deux-roues motorisés à rouler entre les files de voitures à l'arrêt ou à vitesse réduite dans les embouteillages avait été menée dans 11 départements.

Or, celle-ci a pris fin à la fin du mois de janvier dernier et le test s'est avéré décevant. Depuis, le dépassement interfiles est officiellement interdit. Ce qui n'est pas pour plaire aux motards qui estiment que cette pratique est moins dangereuse pour eux. En effet, s'ils restent entre deux véhicules sur une même file, ils risquent de se faire percuter par-derrière en cas d'arrêt brusque.


Selon le coordinateur de la fédération de Paris et sa petite couronne,

La légalisation de la circulation interfiles permettrait de sensibiliser aussi bien les motards que les automobilistes.

À noter que l'assurance moto permet de protéger financièrement l'utilisateur de deux-roues en cas d'accident.

Faute de dépassement à droite

Assimilée à un dépassement à droite, la circulation interfiles est passible de 135 euros d'amende et d'un retrait de trois points sur le permis de conduire.

Interviewé par Le Parisien, un manifestant a déclaré que si on lui

Retirait le permis », il n'aurait plus de travail.

Un autre a affirmé que

Les interfiles leur permettent de circuler plus rapidement.

Ceux qui se sentent les plus lésés par cette situation sont d'ailleurs les taxis motos, lesquels ont pris l'habitude de rouler entre les files pour faire les trajets en moins de temps possible.

Pour rallier les députés à leur cause, la Fédération des motards se dit ouverte à toute discussion avec les autorités pour mettre en place des règles adéquates afin de pérenniser cette pratique en toute sécurité.