Après un confinement de près de deux mois, les Français ont pu reprendre une vie quasi normale le lundi 11 mai. Mais comme la pandémie n’est pas encore totalement maîtrisée, plusieurs métropoles, y compris celle de Rouen, ont pris une disposition visant à faire respecter la distanciation sociale. Il s’agit d’aménager de nouvelles pistes temporaires pour les cyclistes. Non seulement ceci facilite l’application des gestes barrières, mais permet également de limiter la pollution de l’air engendrée par un trafic automobile dense.

Le plan de circulation a été modifié

L’aménagement de nouvelles pistes cyclables a entraîné une modification du plan de circulation dans l’agglomération rouennaise. Ces pistes, marquées par des peintures jaunes et des balises temporaires, se trouvent sur des itinéraires très fréquentés comme les grands axes et les routes à quatre voies.

L’objectif est ainsi d’inciter les habitants à ressortir leurs vélos au lieu d’utiliser les transports en commun, et par conséquent, de faciliter le respect des mesures de distanciation sociale.

Néanmoins, le plan qui va être mis en place pourrait faire l’objet d’une révision s’il se révélait « contre-productif ou inefficace », indique le DGA adjointe du Département Espaces publics et Mobilité durable chez Métropole Rouen, Catherine Goniot.


À titre de rappel, la souscription d’une assurance deux roues n’est pas obligatoire pour le vélo électrique, mais il est tout de même conseillé de le protéger contre le vol avec effraction ou agression, et la casse occasionnelle. Pour cela, il faut que le vélo soit homologué (puissance de moteur inférieure à 250 watts, démarrage du moteur par le pédalage, arrêt automatique du moteur lorsque la vitesse de 25 km/h est atteinte).

Limiter le trafic automobile

À la sortie du confinement, un grand nombre de personnes pourraient être tentées de se déplacer exclusivement avec leurs véhicules pour éviter de se mêler à la foule. Cette situation pourrait avoir un impact écologique grave, d’autant plus que le trafic automobile est l’une des causes majeures de la pollution de l’air dans l’agglomération du Rouen.

L’usage des vélos doit alors être encouragé dans la métropole pour préserver la qualité de l’air.

Une nette amélioration a déjà été constatée pendant le confinement (les concentrations journalières de NOX ont régressé de -65 %).