Malgré le fait qu'elles aient le vent en poupe, les trottinettes électriques donnent du fil à retordre à la communauté. En effet, en l'absence d'un cadre légal bien ficelé, le caractère « envahissant » de leur utilisation reprend le dessus entraînant des problèmes de stationnement, de vitesse et d'accidents.

Elles envahissent les parkings…

Les trottinettes électriques occupent tous les emplacements possibles et imaginables : les trottoirs, les parkings automobiles, les rues, gênant ainsi tout le monde... Une situation critique et chaotique, nécessitant même l'intervention des forces de l'ordre dans plusieurs agglomérations.

Des élus municipaux collaborent actuellement avec les sociétés de services fournissant ces moyens de locomotion pour trouver des solutions permettant de contraindre les usagers à les garer dans les lieux spécialement aménagés pour ces engins.

… les trottoirs et chaussées

Dans la pratique, une trottinette peut circuler sur le trottoir, à condition de ne pas dépasser les 6 km/h, soit la vitesse moyenne de déplacement des piétons.

ASSUREZ VOTRE ENGIN DE DÉPLACEMENT PERSONNEL !

Trottinette électrique, hoverboard, e-scooter, gyropode : choisissez la formule adaptée à vos besoins.

3,33 € /mois Voir l'offreDommage
Vol
Individuelle Accident
Défense pénale et recours
Suite à un accident : jusqu'à 13 500€ par dossier
A partir de 3,58€/mois Voir l'offreDommage
En option
Vol
En option
Individuelle Accident
En option
Défense pénale et recours
Suite à accident : Jusqu’à 3 000€ par dossier
A partir de 7€/mois Voir l'offreDommage
Vol
Individuelle Accident
Défense pénale et recours
Suite à un accident : jusqu'à 13 500€ par dossier

Si elle dépasse cette vitesse, elle entre dans la catégorie des vélos, et ainsi se conformer aux règles s'appliquant à ces derniers. Dans ce cas, la trottinette doit circuler sur une piste cyclable et éviter la chaussée.

La vitesse maximale est dans ce cas fixée à 25 km/h, le maximum autorisé pour les vélos électriques. Malheureusement, dans la réalité, de nombreux usagers roulent au-delà de cette limite et les risques d'accident sont ainsi réellement élevés.

À l'origine d'accidents de plus en plus graves

Les excès et autres comportements à risque (des conducteurs qui empruntent la chaussée, qui se faufilent au milieu de la circulation, etc.) sont devenus monnaie courante. Sans compter les propriétaires qui décident de débrider leurs engins pour gagner en puissance, et donc en vitesse, or le système de freinage embarqué sur les trottinettes n'a pas été pensé pour ce type d'usage, sans compter les petites roues qui peuvent facilement se bloquer en présence d'obstacles, aboutissant à des situations dramatiques.

Le non-port de casque est aussi un problème couramment relevé, étant à l'origine de graves traumatismes dans certains cas. Les hôpitaux ainsi que les compagnies d'assurance spécialisées dans la couverture des trottinettes électriques en savent quelque chose.

Tous ces problèmes soulevés et liés à l'utilisation des trottinettes électriques ont fait que dans de nombreuses villes, des « zones lentes » ont été mises en place, dans lesquelles la vitesse maximale de ces engins est scrupuleusement surveillée.