Très plébiscité pendant la mise en quarantaine, le vélo semble être le nouveau mode de transport idéal, même post Covid-19. Ce retour en force de la bicyclette sur les routes met en évidence les freins auxquels sont confrontées les femmes dans la pratique du cyclisme. Une étude du géographe Yves Raibaud menée en 2018 et rendue publique fin mai a levé le voile sur l’inégalité entre hommes et femmes dans ce domaine.

Les femmes sont plus prudentes

Utilisé comme moyen de locomotion pendant le confinement, le vélo a apporté une belle contribution dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Mais son usage sur les routes et les espaces publics reste très masculin (56 % des cyclistes sont des hommes). La gent féminine est moins représentée (38 %), d'après les résultats de l'enquête menée par Yves Raibaud à Bordeaux.

Malgré l'existence de différentes couvertures pour l'assurance deux roues, les femmes semblent plus prudentes, notamment à cause du manque de sécurité encadrant le transport à vélo. D'ailleurs, elles prennent soin de respecter scrupuleusement le Code de la route pendant leurs sorties à vélo.


De plus, avec leurs diverses responsabilités, celles-ci sont plus chargées et mieux équipées pour le trajet. Le sondage montre également que leur usage du vélo est moins sportif que les hommes et qu'elles ont tendance à abandonner ce moyen de transport après l'arrivée d'un bébé.

Par ailleurs, les femmes cyclistes sont généralement issues des classes moyennes et supérieures. Les obligations vestimentaires au travail ne permettent pas toujours de se déplacer avec un vélo.

Les deux-roues motorisés restent l'apanage des hommes

L'Apur (Atelier parisien d'urbanisme) a récemment publié une étude sur les profils des usagers des services de mobilité partagée. Ainsi, parmi les vélos, trottinettes et scooters proposés en libre-service, 43 % des femmes ont choisi le vélo, contre 32 % pour les trottinettes et 16 % pour les scooters. Des chiffres qui dénotent une nette préférence de la gent féminine pour les véhicules non motorisés.

L'enquête a également révélé que le recours à ces services a explosé depuis la grève des transports en commun et que les femmes représentent une part importante des nouveaux clients.