Les voleurs de voitures et de motos ont une préférence pour certaines techniques

Bien que stable, le nombre de vols de voitures et de motos reste encore élevé en 2018 selon l’observatoire annuel de Coyote Secure. L’entreprise française est surtout connue pour ses solutions de protection et ses dispositifs d’assistance à la conduite. Cette étude est notamment basée sur les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur.

En 2018, pas moins de 142 000 vols de véhicules motorisés ont été signalés dans l’Hexagone. Autrement dit, un vol se produisait toutes les trois minutes.

Pour mesurer la gravité de la situation, ces incidents constituent 20 % des vols enregistrés dans l'espace Schengen. Pourtant, les véhicules circulant en France représentent seulement 15 % du parc automobile européen.


Les méthodes les plus connues

L'enlèvement est une des techniques les plus populaires pour le vol de deux-roues. Elle consiste à embarquer une moto ou un scooter à l’aide d’un plus grand véhicule, par exemple, un camion. D’ailleurs, cette méthode est utilisée dans 93,1 % des vols de motos. Néanmoins, les malfaiteurs peuvent également se servir de camionnettes, d’utilitaires, de pick-up, etc.

Pour les voitures, le mouse jacking s'instaure comme la technique préférée des voleurs. Elle repose essentiellement sur le piratage des systèmes de sécurité intégrés au véhicule. Selon l'étude de Coyote Secure, le vol électronique représenterait actuellement plus de 85 % des cas enregistrés dans l’Hexagone.

Par ailleurs, dans cette catégorie, environ un vol sur dix a lieu au domicile du propriétaire du véhicule. Les malfaiteurs utilisent un dispositif spécial pour capter, depuis l'extérieur du logement, le signal émanant de la clé. Ils font ensuite croire aux systèmes de sécurité de la voiture qu'ils ont ladite clé. Une fois cette étape réalisée avec succès, il ne leur restera plus qu'à partir avec le véhicule.

Après le vol, les véhicules sont le plus souvent enfouis comme l’indique le rapport présenté par Coyote Secure. D’ailleurs, l’entreprise a déjà remarqué cette tendance dans son étude précédente.

Cette méthode consiste à dissimuler le véhicule volé dans un endroit fermé, comme un parking souterrain, un container ou un box. L’an dernier, l’enfouissement était utilisé dans 55 % des cas pour les deux-roues et 17,3 % des vols de voitures.


Les conditions propices aux vols

En assurance deux roues, les vols font partie des premiers risques contre lesquels il est impératif de prendre des mesures préventives. En effet, les motos sont très prisées des voleurs en milieu urbain. De plus, ce type de véhicule est assez facile à enlever et à enfouir, surtout les petites cylindrées.

Certaines régions sont également plus propices aux vols. L'Île-de-France, par exemple, concentre 91,4 % des vols de deux-roues, contre 50,2 % pour les voitures. Arrivant en seconde position, la région Provence-Alpes Côte d'Azur compte 14,1 % des vols de voitures et 3,7 % des vols de motos.

Les vols concernent toutes les marques de véhicules, en vue d’une revente en l’état ou sous forme de pièces détachées. Autrement dit, les malfaiteurs ciblent indifféremment les modèles premium et les marques généralistes.

Ces dernières représentent d’ailleurs la moitié du top 20 des voitures les plus volées en France. Ainsi, la Renault Clio était le modèle le plus volé en 2018, suivi de la BMW X6.

La majorité des vols ont été commis de nuit. Toutefois, 30 % des cas se sont produits dans la matinée, de 8 heures à 10 heures. En revanche, ces actes ne connaissent ni jours ni saisonnalité.

D’ailleurs, l’écart des déclarations de vol enregistrées le dimanche (9 %) et le lundi (16 %) s’explique surtout par le fait que les infractions n’ont été constatées par les propriétaires qu’après leur retour de week-end.