Dans la province canadienne du Québec, la population affiche un grand engouement pour les chats et les chiens. Actuellement, l’ensemble des foyers locaux hébergent au total plus de 3,25 millions de ces compagnons poilus. Un chiffre qui sous-entend une hausse considérable depuis la période d’avant le coronavirus. Dans les détails, les chats sont plus prisés comparativement aux chiens.

Une étude sur les liens noués avec les animaux domestiques et les retours au bureau. C'est ce que Royal Canin a mené cette année, notamment auprès de propriétaires de bêtes adoptées durant la crise sanitaire. Les résultats de l'enquête ont été divulgués le 23 novembre 2021.

Ils montrent que près d'un sondé sur deux affirme avoir reçu de leur compagnon, durant la pandémie, un appui émotionnel. Approximativement 50 % des personnes interrogées ont aussi indiqué avoir bénéficié d'un soutien dans la lutte contre le stress. Tout comme les animaux, leurs maîtres seraient donc également sujets à la peur de la séparation.


200 000 animaux domestiques de plus depuis la survenue de la crise sanitaire

Toutefois, Catherine Amiot a récemment relativisé cette notion du bien-être que les animaux domestiques procurent. Pour la professeure de psychologie à l'université montréalaise UQAM, cette question semble loin d'être absolue.

Le sondage de Royal Canin révèle aussi un chiffre clé sur le retour du mode de travail en présentiel. D'après lui, près de trois Canadiens sur dix pourraient le consentir s'il est possible de ramener leur animal à leur bureau.

Dans ce contexte, une autre enquête dévoile un fait important sur la population d'animaux domestiques au Canada. Il déclare qu'en début 2021, 58 % des familles locales en détenaient un. Une proportion qui devrait intéresser les compagnies d'assurance animaux du pays. Autre fait marquant de l'étude : les chats ont gagné en popularité par rapport à la période d'avant le Covid-19.

Au Québec, l'on a observé la même hausse. Dans cette province, l'ensemble des foyers compterait actuellement 200 000 chiens et chats de plus que durant l'ère prépandémique. De manière précise, les ménages cumuleraient au total quelque 3,25 millions d'animaux.

Les chiens sont moins prisés que les chats

Dans ce cadre, un sur dix des ménages québécois possède en même temps un chien et un chat. Pour les canidés, la popularité s'avère plus élevée dans la classe d'âge entre 35 et 54 ans. En revanche, ils sont aussi appréciés chez les femmes que chez les hommes.


Pour les félins, les hommes les préfèrent moins que les femmes. Relativement à ces deux profils, la proportion de ceux qui en possèdent s'élève respectivement à 31 % et 42 %. Les chats sont également spécialement prisés chez les jeunes. Concernant les plus de 55 ans, 26 % en détiennent contre 48 % chez les 18-34 ans. La popularité de ces bêtes se montre aussi plus notable chez les foyers avec enfants.

Par ailleurs, les chats représentent la plus large part dans l'agrandissement de la possession d'animaux dans un foyer. Désormais, l'on dénombre dans les ménages québécois :

  •  1,12 million de chiens ;
  •  2,13 millions de chats.

De façon inédite, 52 % des maisons hébergent aujourd'hui un de ces animaux.