Afin d’augmenter son rendement, Amazon a déployé dans une vingtaine d’entrepôts aux États-Unis des jeux d’arcades. Chaque salarié pourra s’en servir avec un prix à la clé. Dans ce contexte, ils sont nombreux à avoir réagi positivement à cette initiative. À côté, d’autres pensent que cette dernière vise uniquement à les surveiller.

L'entreprise de Jeff Bezos encourage actuellement ses agents à se divertir avec des jeux d'arcade tout en travaillant. C'est ce que révèle le site américain The Information. Cela devrait assurer la ludification des tâches routinières des «?Amazonians?» en entrepôts, connus pour l'intensité de leur rythme. Plus important encore, cela devrait booster leur productivité.

MissionRacer figure parmi les jeux disponibles. L'employé y conduit un véhicule qui avance sur une piste à chaque colis trié. Le nombre de points gagnés à la fin dépendra alors de la vitesse d'exécution de chacun. En récompense, les meilleurs recevront des animaux de compagnie qui ne nécessitent pas la souscription d'une assurance animaux.


La participation peut être anonyme

Il s'agit d'animaux de compagnie électroniques tels que des dinosaures, des pingouins, etc. Au total, les travailleurs peuvent profiter de six jeux. Parmi ces derniers, certains offrent la possibilité d'organiser une petite compétition entre les salariés des différents sites. À noter qu'ils sont totalement libres d'y participer ou non. Par ailleurs, ils peuvent également s'amuser en tout anonymat s'ils le souhaitent.

D'après The Information, les jeux figuraient déjà au programme FC Games développé par la compagnie, et ce, depuis 2017. Toutefois, l'initiative n'a été lancée que récemment auprès d'une vingtaine de locaux de stockage disséminés à travers les États-Unis. Selon le porte-parole de l'entreprise :

Les employés nous disent qu'ils aiment avoir la possibilité de jouer à ces jeux à leurs postes et nous sommes excités d'avoir bénéficié de leurs retours et de pouvoir étendre le programme.

Un moyen pour espionner ses ouvriers??

Le leader mondial du commerce en ligne est toujours partant pour améliorer son rendement à moindre coût. À cet égard, il a imposé en janvier dernier aux agents d'un entrepôt à Chicago une journée de dix heures et demie. En cas de refus, ils s'exposaient à un licenciement. De ce fait, plusieurs d'entre eux se sont retenus d'aller aux toilettes ou de prendre une pause.

Les Amazonians partagent des avis différents concernant la nouvelle initiative. Certains la perçoivent comme un moyen d'apporter plus de couleurs à leurs journées de travail. D'autres doutent de la bonne foi de l'entreprise. Pour eux, il s'agit d'un dispositif instauré afin d'évaluer leur efficacité.

Sur ce point, ils mettent leur situation en parallèle avec un épisode de la série Black Mirror. Dans «?Quinze millions de mérites?», la population est contrainte de pédaler sur un vélo électrique devant des programmes télévisés abêtissants. En échange, ils obtiennent des «?merits?», utiles pour l'achat de services ou produits.