Une équipe de scientifiques français a récemment mené des recherches pour savoir si les chiens et chats pouvaient être porteurs du Covid-19. Selon les données préliminaires issues de leurs observations, le virus responsable de la maladie, le Sars-CoV-2, n’infecte pas facilement les animaux domestiques. Toutefois, le sujet doit encore être approfondi selon les chercheurs.

Les souscripteurs d’assurance animaux sont généralement très proches de leurs compagnons canins ou félins. S’ils étaient sensibles au Covid-19, les chiens et les chats devraient donc contracter facilement cette maladie virale en vivant avec des propriétaires malades, surtout durant le confinement. Ce n’est pourtant pas le cas, comme le suggèrent de récentes recherches menées en collaboration avec l’Institut Pasteur.

Étant des vecteurs du Sars-CoV-2, les pangolins et les chauves-souris sont actuellement suspectés d’avoir été à l’origine de l’épidémie en Chine. En revanche, la communauté scientifique ne parvient toujours pas à trancher concernant le rôle des animaux de compagnie dans la transmission du virus.

Des recherches plus approfondies s’imposent

Compte tenu du manque d’informations sur le sujet, l’Institut Pasteur a récemment collaboré avec l’École nationale vétérinaire d’Alfort (EnvA) pour déterminer l’éventuel rôle des animaux domestiques durant la pandémie actuelle. D’après l’équipe de chercheurs, les premières données permettent déjà de mieux évaluer les types d’hôtes compatibles avec le coronavirus dans des « conditions d’exposition en milieu naturel ».


Les chiens et les chats semblent exclus dans la chaîne de transmission du SARS-CoV-2. En effet, ils ne contractent pas facilement la maladie, même s’ils sont souvent en contact avec une personne atteinte de Covid-19.

Les scientifiques impliqués dans le projet ont toutefois tenu à souligner la nécessité d’observations supplémentaires pour parvenir à des résultats concluants. Ils envisagent de s’intéresser tout particulièrement au cas des chats et autres félidés en tant que vecteurs potentiels du coronavirus.

Tests négatifs après exposition au virus

Les chercheurs de l’EnvA et de l’Institut Pasteur ont suivi 12 chiens ainsi que 8 chats dont les maîtres ont été testés positifs au Covid-19. Après avoir été en contact avec ces derniers, les animaux ont été analysés à leur tour. Les auteurs de l’étude expliquent :

Bien que quelques animaux de compagnie aient présenté quelques signes cliniques compatibles avec une infection à coronavirus, aucun animal n’a été testé positif pour le SARS-CoV-2.

Les animaux ont été dépistés suivant la méthode de la réaction en chaîne par polymérase (PCR). Cette dernière consiste à effectuer une analyse génétique du virus à partir de prises de sang et de sécrétions du sujet.

Ces prélèvements ont ensuite été comparés avec d’autres échantillons préépidémiques. Les chercheurs n’ont détecté aucun anticorps signalant la présence du SARS-CoV-2 dans l’organisme des animaux observés.