Au Texas, un chien et un chat ont été récemment confirmés positifs à la variante anglaise du SARS-CoV-2. Il s’agit d’une première depuis la mutation du coronavirus. Toutefois, les scientifiques ne sont pas surpris pour autant. Le virus originel a effectivement un comportement similaire. Ainsi, les propriétaires doivent seulement continuer à respecter la distanciation physique avec leurs animaux domestiques.

Les souscripteurs d'assurance animaux sont particulièrement préoccupés par le sort de leurs compagnons dans le contexte sanitaire actuel. En effet, les chercheurs ont encore des difficultés à cerner les effets du coronavirus sur les chiens et chats. Les contaminations se sont pourtant multipliées depuis les premiers cas de transmission de l'homme à l'animal.

En février dernier, un Texan a été testé positif au variant britannique du SARS-CoV-2. Son félin et son labrador ont ensuite obtenu les mêmes résultats, deux jours plus tard. Ces derniers ont donc été contaminés par la nouvelle version du virus. Outre les propriétaires, les scientifiques sont réellement inquiets de la portée de cet évènement.


Des précautions nécessaires avec les animaux

Selon les scientifiques, le propriétaire a vraisemblablement contaminé son chat à poil court et son labrador noir. Tous les faits mènent en effet vers cette conclusion. Cela dit, ce cas observé au Texas n'est pas totalement inédit pour autant. Il s'agit seulement de la première contamination homme-animal de la variante anglaise du SARS-CoV-2.

L'an dernier, la souche virale initiale était déjà reconnue comme étant transmissible des humains à d'autres espèces. Les primates et les grands félins font notamment partie des plus exposés en dehors des animaux domestiques. Aujourd'hui, une première variante du virus a démontré sa capacité à franchir la barrière des espèces.

Ainsi, les spécialistes recommandent aux malades et aux porteurs du pathogène de rester loin de leurs compagnons préférés.

Comme l'a souligné le directeur du One Health Office du CDC, docteur Casey Barton Behravesh :

Parce que ce virus peut se transmettre entre humains et animaux, c'est important pour les personnes avec la Covid-19 de se tenir éloignées des animaux domestiques et des autres animaux, comme elles le feraient pour les autres personnes afin de prévenir la transmission du virus aux animaux.

Autrement dit, il est fortement conseillé de généraliser la distanciation physique pour protéger les humains comme les animaux.


Une contamination sans symptômes notables

L'été dernier, un projet autour du SARS-CoV-2 a été lancé par une équipe de l'Université A&M du Texas. Ces travaux ont été menés au sein du département de médecine vétérinaire. À travers cette étude, les scientifiques cherchaient à comprendre la transmission du virus aux animaux. Ils souhaitaient également observer les effets du pathogène sur ces derniers et leur statut dans la chaîne de contamination.

Pour ce faire, les chercheurs ont effectué des tests sur les animaux de compagnies des personnes infectées. Ils ont découvert le cas cité dans le cadre de cette opération. Durant le prélèvement, le chat et le labrador ne présentaient pourtant aucun signe de la maladie. Le génome du virus a ensuite été séquencé au niveau des laboratoires des agences vétérinaires fédérales.

Après reconstitution du séquençage, les autorités sanitaires ont formellement identifié la variante anglaise du SARS-CoV-2. Le propriétaire des deux animaux a été réellement surpris par ces résultats. Une fois interrogé, il s'est néanmoins rappelé de légers éternuements quelques semaines avant le dépistage.

Ces épisodes étaient cependant assez anodins et ne suggéraient aucun phénomène inhabituel comme une infection au coronavirus. Ainsi, les propriétaires d'animaux domestiques doivent désormais rester prudents avec leur compagnon en cette période de pandémie.