La SPA gère de nombreux refuges dans tout l’Hexagone. Ces centres hébergent les animaux recueillis par les fourrières en attendant de leur trouver de nouvelles familles d’accueil. Toutefois, les restrictions de déplacement dues au confinement compliquent le processus d’adoption. Les fourrières risquent ainsi de finir par euthanasier certains animaux, faute de place.

De nombreux souscripteurs d'assurance animaux ont trouvé leur compagnon dans un refuge de la SPA. L'association joue d'ailleurs un rôle important dans la réintégration des chiens et chats errants au sein d'une nouvelle famille. Cependant, en raison du confinement, les centres animaliers ont été obligés de fermer. En même temps, les potentiels adoptants ne peuvent pas se déplacer librement.

Face à cette situation problématique, la SPA a alerté le grand public par rapport à la saturation de ses centres. Les entrants continuent en effet d'arriver des fourrières, tandis que les pensionnaires actuels ne trouvent pas preneur. L'organisme a donc demandé aux autorités une dérogation de déplacement.

Les adoptants devront observer des règles strictes

Pour pouvoir se déplacer sans être verbalisés, les Français souhaitant adopter des animaux auprès des centres gérés par la SPA devront disposer de deux attestations dûment remplies. Ils auront notamment à cocher la case « motif familial impérieux » sur l'attestation dérogatoire de sortie.


La seconde attestation est fournie par le refuge hébergeant l'animal que l'intéressé envisage d'adopter. Ce dernier devra s'y rendre seul. Après avoir choisi son nouveau compagnon sur le site de la SPA, il devra confirmer l'adoption en ligne et prendre rendez-vous pour le récupérer.

Le président la SPA, Jacques-Charles Fombonne, se réjouit de la mesure en faveur des animaux. Comme il l'a indiqué sur France 3 :

On est passé à côté de la catastrophe, car on aurait été à saturation dans les jours qui viennent et les fourrières auraient été obligées d'euthanasier les chiens et les chats.

Concrètement, cette disposition permet de sauver la vie de nombreux animaux domestiques sur tout le territoire en cette période de confinement. La SPA s'est engagée à prendre des mesures strictes pour limiter les risques de contamination et d'abus. Par exemple, les rendez-vous dans ses refuges sont individuels et nominatifs.

Une victoire pour la SPA

Préoccupée par les risques accrus d'euthanasie, la SPA a demandé au gouvernement d'accorder une dérogation pour permettre aux Français d'adopter les animaux qu'elle abrite durant le confinement. Selon Jacques-Charles Fombonne :

On compte 5 000 animaux dans nos refuges pour une capacité de 6 800. Il nous reste 1 800 places ce qui correspond à 15 jours d'activité.

Après avoir alerté sur le sujet, l'organisme a finalement obtenu gain de cause auprès des pouvoirs publics. En effet, l'exécutif autorise désormais les déplacements en refuge en vue d'une adoption d'animaux. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, l'a notamment annoncé dans un tweet datant du 11 avril dernier.

Toutefois, il s'agit seulement d'une tolérance. Autrement dit, le motif n'est pas considéré comme une raison valable et suffisante pour constituer une exception à part entière. D'ailleurs, le ministère de l'Intérieur n'a pas prévu de nouvelles cases sur l'attestation dérogatoire de déplacement. Quoi qu'il en soit, depuis le 16 avril dernier, les personnes souhaitant adopter des chiens et chats durant le confinement peuvent se rendre dans les refuges sans devoir payer d'amende.