Depuis plusieurs semaines, les animaux sauvages meurent massivement en Île-de-France. Questionnée à ce sujet, la mairie de Paris a déclaré que des autopsies sont effectuées pour permettre d’établir la cause de leur décès. De leur côté, plusieurs vétérinaires avancent qu’il est dû à une bactérie qui s’est développée dans la vase.

Les propriétaires d'animaux domestiques doivent-ils s'inquiéter de la récente vague de décès chez les cygnes, les canards, les poissons, etc. en région francilienne ? S'il s'agit vraiment de botulisme comme le supposent plusieurs spécialistes, les maîtres de chats et de chiens seront quelque peu soulagés. En effet, cette maladie touche rarement ces espèces. Cela dit, ils sont tenus de rester prudents et peuvent notamment souscrire une assurance animaux.

En tout cas, les défenseurs de la cause animale souhaitent que des mesures soient prises d'urgence par les autorités pour régler le problème. Une requête tout à fait légitime sachant que certaines des espèces concernées sont protégées.


De nombreuses espèces sont menacées

Fin juin 2020, plusieurs cygnes ont été retrouvés morts dans le bois de Boulogne (16ème arrondissement de Paris). Un mois plus tard, les décès se sont largement multipliés. 90 % de la population de cygnes de l'un des lacs de l'étendue boisée a même été décimée.

Récemment, des dizaines de cadavres de canards et d'oies ont été découverts à Enghien-les-Bains (Val-d'Oise). Par ailleurs, plus de 10 tonnes de poissons morts flottaient à la surface du lac de la commune. Dans tous les cas, les animaux présentaient des symptômes identiques, à savoir des problèmes nerveux. Selon les spécialistes, ils ont succombé au botulisme.

L'association PAZ (Paris Animaux Zoopolis) a souligné l'ampleur de la situation. Sa présidente, Amandine Sanvisens, précise que le botulisme est une maladie contagieuse avec un important risque de propagation.

L'entretien des lacs est indispensable

Le développement de la bactérie Clostridium botulinum, qui est à l'origine du botulisme, est favorisé par les fortes chaleurs. Suite à l'empoisonnement à la toxine botulinique, les muscles et les voies respiratoires se paralysent. Les animaux meurent alors d'asphyxie.

Amandine Sanvisens impute la présence de la bactérie dans les lacs à leur manque de nettoyage :

Les lacs ne sont pas entretenus. Il faut les vider, car ce sont des lacs artificiels. Ils n'ont pas été nettoyés depuis 1941, comme le lac supérieur du bois de Boulogne où il y a plus d'un mètre de vase.

PAZ estime qu'il est nécessaire d'oxygéner l'eau pour détruire l'agent pathogène. Ainsi, la vidange et le curage des lacs sont indispensables pour éviter une nouvelle hécatombe dans les prochaines années. L'association demande également que les frais de vétérinaire des animaux malades soient pris en charge par la mairie.