Pour les chiens, certains aliments s’avèrent potentiellement dangereux pour leur santé. La FDA révèle par exemple que les pois font partie des éléments fortement susceptibles d’engendrer la cardiomyopathie dilatée canine. Cependant, aucune preuve ne permet pour l’instant d’attester cela. En fait, la dangerosité de cet ingrédient dépendrait plutôt de la quantité consommée.

La cardiomyopathie dilatée canine (DCM) désigne une pathologie létale touchant le myocarde du chien. Se manifestant par une dilatation importante du cœur, elle peut provoquer le décès ou une insuffisance cardiaque. Chez certaines races, les chercheurs ont largement pensé que la maladie résulte de facteurs héréditaires. C'est le cas entre autres pour les cockers, les boxers, les dogues allemands ou les dobermans. Toutefois, les dernières études révèlent que les chiens peuvent développer des variantes non génétiques de la DCM. Et dans la plupart des cas, celles-ci découlent de la convergence de plusieurs paramètres. Il s'agit notamment des problèmes médicaux sous-jacents ou la nourriture consommée par l'animal.


Les pois se révèlent probablement dangereux

Récemment, la Food and Drug Administration (FDA) a mené une étude afférente à ce dernier point. Pour ce faire, la nutritionniste vétérinaire Lisa Freeman et son équipe ont adopté une méthode dénommée « Foodomics ». Leur but étant de comparer les ingrédients biochimiques qui caractérisent :

  • L'alimentation canine à laquelle l'on pourrait imputer la cardiomyopathie ;
  • Celle qui présente des composés classiques.

Après un examen en profondeur, les chercheurs ont tiré une conclusion par rapport aux pois. Ceux-ci figurent en tête de la liste des éléments relatifs aux ingrédients susceptibles de causer la DCM, indiquent-ils. Néanmoins, l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux ne songe pas encore à proscrire les pois dans les nourritures canines. La FDA explique que depuis de longues années, les aliments pour animaux domestiques contiennent :

  • Des légumes secs ;
  • Des légumineuses.

Aucune preuve ne démontre jusqu'ici qu'ils sont dangereux par nature, souligne-t-elle. Malgré tout, contracter une assurance pour chien semble avisé si l'on nourrit son compagnon avec ces constituants. Cette couverture prend en charge les éventuels soins en cas de cardiomyopathie.

Une question de proportion

Selon Lisa Freeman :

Jusqu'à ce que nous connaissions la cause exacte, nous voulons être prudents avec tous les ingrédients sur lesquels la FDA enquête.

En effet, les complications proviennent plutôt d'un problème de quantité. Le Centre de médecine vétérinaire de l'agence outre-Atlantique précise :

[…] Les ingrédients à base de légumineuses sont utilisés dans de nombreux régimes «?sans céréales?» dans des proportions plus grandes que dans la plupart des formules contenant des céréales.

Face à cette situation, Lisa Freeman commente qu'elle aperçoit leur découverte comme un fragment d'un ensemble de paramètres. Leur recherche les aide à rétrécir les éléments à analyser, ajoute-t-elle. Et ce pour qu'ils puissent se focaliser sur les origines les plus plausibles et :

[…] Obtenir une réponse plus rapidement, et donc empêcher que d'autres chiens soient affectés.

En détail, la FDA a étudié plus de 800 composants. D'après elle, la nourriture responsable de la DCM comporte souvent des ingrédients comme les pommes de terre ou les pois. Des constituants servant à remplacer d'autres à l'instar du maïs ou du riz.