Si les chiens témoignent d’une grande fidélité envers leurs maîtres, l’attitude des chats laisse peu sentir un tel attachement. Une récente expérience menée sur ces animaux de compagnie a pourtant permis de déceler leur comportement affectueux. Les félins auraient ainsi une affection semblable à celle qu’un enfant porte à l’égard de la personne qui prend soin de lui.

Les résultats de l’expérience ont été publiés dans Current Biology Magazine. Déjà réalisée sur des chiens, elle a été reprise sur les chats. Les résultats sont quasi identiques. Le test consistait à enfermer un chat et son maître durant deux minutes dans une pièce inconnue de l’animal.

Le maître sortait ensuite deux minutes puis il revenait et restait auprès de son animal de compagnie pendant le même laps de temps.

Les chercheurs ont ainsi observé le comportement adopté par les félins lorsqu’ils étaient de nouveau avec leurs maîtres. Ils ont constaté que les chats se rapprochaient et se sentaient plus en confiance avec eux.


Plus d’intérêt pour leur maître que pour la pièce à découvrir

L’expérience a été menée sur 38 chats adultes et 79 chatons. À l’issue du test, les chercheurs ont pu constater que 64,3 % des chatons, qui ont manifesté un geste interprétable, ont fait preuve d’attachement et de confiance une fois envers leur maître. Ils se sont effectivement moins intéressés à la pièce qu’à leur propriétaire, et ont démontré à ce dernier des signes d’attention particulière.

Seuls 35,7 % des chatons se sont montrés repoussants envers leur maître et sont restés loin de lui afin d’exprimer leur sentiment d’insécurité. Certains sont simplement restés immobiles pendant que d’autres se sont appliqués à se lécher les babines.

Les réactions sont quasi identiques chez les chats adultes. 65,8 % d’entre eux se sont en effet montrés en confiance en se rapprochant de leur maître, alors qu’un signe d’insécurité a été relevé chez 34,2 %.

Le test prouve ainsi que l’attachement ressenti par les chats est proche de celui éprouvé par les enfants vis-à-vis de la personne qui prend soin d’eux. Après avoir passé le même test, 65 % des enfants se sont effectivement montrés en confiance pendant que 35 % ont développé un sentiment de crainte et d’insécurité.


Cette étude témoigne également de l’existence d’un sentiment d’adaptabilité chez les animaux de compagnie, en particulier chez le chat. Ce dernier peut même faire preuve d’une grande sociabilité.

Menée chez les chiens, l’expérience a prouvé le même attachement vis-à-vis du propriétaire. 58 % d’entre eux se sont ainsi sentis en confiance avec leur maître alors 42 % ont développé un sentiment d’insécurité.

Une affection similaire à celle d’un chien

Cette expérience prouve l’existence d’un comportement affectif identique chez les chiens et les chats. Un attachement qui se confirme davantage à l’âge adulte pour ces derniers. Cette attitude peut amener les propriétaires à souscrire une assurance chien ou chat afin de mieux prendre soin de leur compagnon à quatre pattes.

D’autre part, le comportement affectif peut être déterminant lors du choix de l’animal de compagnie. Dans le classement des cinq premiers chiens les plus appréciés des Français, publié par la Société centrale canine, la plupart se démarquent par leur attitude affective et leur fidélité envers leur maître.

Le berger australien détient ainsi la première place de ce classement, apprécié pour son dynamisme, son agilité et son intelligence. Vient ensuite le berger belge, qui a gardé le titre de chien préféré des Français pendant deux ans, avant d’être devancé par la race précédente. Ses principales qualités sont sa fidélité envers son maître et son habileté en tant que chien de garde.

En troisième position se trouve le Staffordshire Blue Terrier, qui se démarque par son courage et la grande affection qu’il peut témoigner à ses proches. Il est suivi par le Golden Retriever et le berger allemand, respectivement en quatrième et cinquième position. Le premier étant apprécié pour sa sociabilité et son amabilité envers les enfants, et le second pour ses qualités de protecteur.