L’EnvA (École nationale vétérinaire d’Alfort) a dressé des chiens pour reconnaître l’odeur du Covid-19. Des expérimentations similaires ont aussi été réalisées en Corse. Si les essais sont probants, ce type de dépistage peut s’avérer réellement pratique en cette période de déconfinement. D’ailleurs, cette solution est également économique comme le souligne le professeur Dominique Grandjean, l’un des principaux instigateurs de l’étude.

Des chiens sont actuellement entraînés à détecter les personnes infectées par le coronavirus. Cette nouvelle intriguera certainement les souscripteurs d'assurance chien passionnés par l'univers des canidés. Pour l'heure, les expérimentations en sont à la deuxième phase. S'il s'avère que le dépistage par ces animaux est efficace, cette technique pourra compléter les tests sérologiques et la méthode de diagnostic PCR.

Les chiens renifleurs de Covid-19 seront notamment de véritables atouts dans les lieux qui nécessitent un dépistage massif tels que les aéroports, les gares, les stades, etc. Selon le professeur Grandjean, de l'EnvA, leur formation s'étend à peine sur quelques jours et ne nécessite pas d'importants investissements.

Les chiens ont déjà fait leurs preuves dans la détection d'autres maladies

Les capacités olfactives des chiens sont exceptionnelles, selon le Dr Aymeric Bernard, vétérinaire en Corse-du-Sud. Le spécialiste précise que ces animaux sont en mesure de détecter des traces infimes qu'il aurait été impossible d'identifier dans un laboratoire.


D'ailleurs, les chiens sont dressés à détecter des pathologies comme le cancer colorectal ou la maladie de Parkinson depuis des années. Et les résultats sont réellement encourageants.

Dans le cas du coronavirus toutefois, les experts ignorent encore ce que les chiens peuvent exactement repérer. Le professeur Grandjean, qui a regroupé des spécialistes pour mener une étude l'identification du coronavirus, explique :

Avec ce protocole, les chiens ne détectent pas le virus, mais ce qui résulte de l'action du virus en bout de course.

Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont réalisé des tests virologiques sur la sueur d'individus contaminés par le Covid-19. Tous les résultats se sont avérés négatifs. Les chercheurs ont ainsi pu manipuler facilement les échantillons sans craindre d'être infectés.

Les premiers résultats sont probants

Le professeur Grandjean affirme que le Covid-19 possède une odeur spécifique et que les chiens sont capables de la détecter. Il souligne :

On a 95 % de résultats positifs. Et quand il y a des erreurs, il s'agit plutôt de faux positifs que de faux négatifs, ce qui signifie qu'on ne passe pas à côté de malades.

Les expérimentations de l'EnvA ont été réalisées avec une vingtaine de chiens. Ces animaux ont effectué près de 400 exercices. Au cours des tests, un berger malinois de 18 mois est notamment parvenu à identifier le prélèvement de sueur d'un malade du Covid-19 parmi quatre supports.

Les recherches sur les capacités des chiens à détecter le SARS-CoV-2 se multiplient dans le monde. Au Liban, l'université Saint-Joseph (Beyrouth) a lancé une expérimentation identique à celle menée par l'EnvA.

Au Royaume-Uni, des subventions s'élevant à 500 000 livres ont été octroyées à la London School of Hygiene & Tropical Medicine pour qu'elle initie une étude avec l'université de Durham et la Medical Detection Dogs.