L’un des leaders français de la vente d’accessoires pour animaux, AgroBiothers, renonce à commercialiser ces équipements. La société suit les décisions déjà prises par d’autres acteurs du secteur en France. Elle souhaiterait ainsi agir pour la promotion de la bientraitance animale. Certains produits alimentaires seront donc également retirés de ses rayons, car considérés comme nocifs pour les animaux.

AgroBiothers vient de prendre une initiative en faveur des animaux qui concerne notamment les chiens et les poissons. L'entreprise envisage en effet d'arrêter la vente de tous les équipements et accessoires susceptibles de leur causer du tort. Cela concerne entre autres les colliers antiaboiements et les aquariums boules.

La décision a été bien accueillie par les associations qui militent pour la défense des animaux. Elles sont cependant nombreuses à dénoncer le retard des actions législatives en France. En effet, une bonne partie des pays voisins ont déjà pris les mesures pour encadrer la vente des équipements pour animaux. Ils ont proscrit les colliers antiaboiements depuis plusieurs années.


Des équipements associés à la maltraitance animale

L'Allemagne, l'Angleterre, l'Écosse et le Pays de Galles font partie des pays qui ont banni le collier antiaboiement. Une loi qui l'interdit existe aussi en Autriche, en Norvège et au Danemark. La Fondation 30 millions d'amis rappelle un projet de loi qui a déjà vu le jour en France en 2018. Il n'aurait cependant pas abouti à des actions concrètes. Les initiatives viennent aujourd'hui des consommateurs et des entreprises du secteur, souligne la présidente de l'association One Voice.

La décision prise par AgroBiothers a ainsi été très appréciée. La présidente de la Fondation 30 millions d'amis a mis l'accent sur le danger que représentent les accessoires comme le collier aboiement. Ces équipements peuvent être à l'origine de blessures graves, surtout si les utilisateurs connaissent peu le sujet.

Son avis est partagé par le porte-parole de la Fondation Bardot. Il voit dans les colliers antiaboiements et les martinets des équipements ne pouvant générer que de la violence. La présidente de 30 millions d'amis s'indigne d'ailleurs que ces accessoires soient parfois recommandés par les vétérinaires. Pour rappel, les produits de soin et d'entretien peuvent être pris en charge par l'assurance animaux en France. Le remboursement des frais est soumis à quelques conditions.

Bannir les produits dangereux pour les animaux

Pour la présidente de l'association One Voice pourtant, les colliers de dressage électriques sont loin de fournir des résultats satisfaisants. Bien au contraire, ils ne causeraient que des blessures et du traumatisme pour l'animal, et augmentent le risque d'euthanasie.

AgroBiothers projette de cesser la commercialisation des martinets et des colliers aboiements. Les aquariums boules seront aussi enlevés et tous les modèles pouvant contenir moins de 15 litres d'eau.

L'entreprise souligne qu'il faut un aquarium permettant un volume d'eau plus élevé, qui peut recevoir des filtres et des objets de décor. Une résolution accueillie positivement par la Fondation Bardot. Elle indique que les poissons font partie des animaux de compagnie les plus adoptés en France. Elle souhaite d'ailleurs un même traitement pour les lapins et les cochons d'Inde enfermés dans leurs cages.

AgroBiothers compte en même temps arrêter l'export de produits alimentaires venant de Chine. Ils peuvent contenir des matières nocives selon son président. Ces décisions ne seraient pas sans conséquence puisque l'entreprise risquerait de perdre un million d'euros en 2022. Elles sont toutefois jugées utiles alors que la société souhaite se positionner comme un promoteur de la bientraitance animale. Son objectif est de parvenir à ne commercialiser que des produits qui garantissent le bien-être animal à l'horizon 2023.

Un autre acteur français, MaxiZoo, a pris la même initiative avant elle. Il a choisi de retirer les colliers antiaboiements de son site et propose des conseils pour les éviter sur sa page.