Depuis peu, un nouveau motif amène les propriétaires à abandonner leur animal de compagnie : l’envolée des coûts qu’il représente. Des dépenses relatives aux croquettes, aux frais vétérinaires, tout augmente en effet en France. Ce problème favorise notamment l’engorgement des refuges de la Société protectrice des animaux, qui ne disposent déjà plus de place.

Harris Interactive a dirigé en 2021 une enquête autour des dépenses qu'entraîne la possession d'animal de compagnie chez les Français. Les données recueillies par le cabinet montrent que les propriétaires paient chaque mois pour l'alimentation de leur animal. La facture atteint même une centaine d'euros pour certaines races de chiens.

Lors d'un reportage de TF1, une jeune femme a confié habiter avec deux cochons d'Inde, cinq chats et un chien. La nourriture de ces compagnons lui coûte à présent 300 euros par mois, a-t-elle estimé. La propriétaire raconte que ses dépenses se sont amplifiées facilement de 100 euros par mois, voire davantage, ces derniers mois.


Les abandons d'animaux s'accentuent à cause de l'inflation

Du fait de cette augmentation des dépenses, une jeune femme affirme avoir arrêté d'acheter certains types de denrées ou quelques marques. La jeune femme a notamment cessé de se procurer des croquettes médicalisées, puisque son budget croquettes a significativement flambé. Cette hausse s'expliquant par la montée des prix du gaz, de la viande, et des céréales, essentiels pour les produire .

Les frais vétérinaires ont par ailleurs, en plus de l'alimentation, été touchés par l'inflation. Depuis 2021, les tarifs ont grimpé de 2 %.

Pour supporter plus aisément cette crue, la détention d'une assurance animaux est recommandée.

Elle permet d'obtenir un remboursement des dépenses liées aux soins de l'animal, comme les frais de transport, de consultation…

Dus à ce renchérissement du coût de la possession d'animal de compagnie, en partie, les abandons se multiplient en France. Les 63 refuges de la SPA (Société protectrice des animaux) le confirment. Ils ont subi ces derniers mois un afflux préoccupant d'animaux à poils. Seulement entre mai et août 2022, ils ont dû prendre en charge quelque 16 400 nouveaux rongeurs, chiens et chats. En conséquence, ces structures ont dépassé leur capacité maximale d'accueil.

Le nombre d'adoptions d'animaux s'affaiblit

À Montpellier par exemple, le refuge de la SPA abrite 450 animaux alors qu'il possède seulement 400 places. La directrice de l'établissement, Annie Benezech a présenté aux caméras de TF1 un chien dans sa cage :

Il a 11 ans, les gens nous l'ont ramené parce qu'ils n'ont plus d'argent et ne peuvent pas subvenir à ses besoins.

Annie Benezech

La SPA regrette dans le même temps un amoindrissement des adoptions. Dans le site montpelliérain, la diminution a ainsi été évaluée à 30 %. Sa directrice indique :

Les gens se demandent si c'est raisonnable de prendre un animal alors qu'on ne sait pas nous-mêmes comment nous allons pouvoir finir le mois.

En réponse à cette crise, la SPA organisera une porte ouverte à la mi-octobre qui vient. Les personnes qui envisagent d'adopter un animal de compagnie sont toutes invitées à cet événement. Ce dernier visant à libérer de la place dans les refuges afin de réduire la pression pesant sur les bénévoles.