Une future proposition de loi vise à mettre fin aux abandons d’animaux de compagnie

Près de 60 000 animaux domestiques sont abandonnés chaque été dans tout l’Hexagone. Ainsi, la SPA et la Fondation 30 millions d’amis mènent régulièrement des campagnes de sensibilisation sur le sujet.

Toutefois, même la loi en vigueur depuis 1999 s’est révélée inefficace pour endiguer ce phénomène. L’abandon d’un animal de compagnie est, en principe, passible de 30 000 euros d’amende et de deux ans de prison en France.

L’identification obligatoire des chiens et chats semble également peu efficace contre l’augmentation du nombre d’animaux domestiques délaissés par leur propriétaire. Selon les parlementaires soutenant le projet de loi, il est désormais impératif de durcir les contrôles et les sanctions.


Un projet de loi pour changer les mentalités

Selon un sondage Ipsos, environ trois quarts des chiens ont été achetés par leurs propriétaires. En revanche, les chats présents dans les foyers français ont généralement été trouvés ou donnés.

Ainsi, 69 % des propriétaires de chiens ont affirmé avoir acheté leur animal, contre 17 % chez les propriétaires de chats. Le plus souvent, ces derniers les ont obtenus gratuitement (55 %) ou trouvés (27 %). De plus, l’achat d’un chat coûte en moyenne deux fois moins cher que celui d’un chien, soit respectivement 304 euros et 664 euros.

Parmi les premières solutions envisagées, les défenseurs du projet de loi pensent notamment à rendre obligatoire la stérilisation des chats. De cette manière, il y aura moins d’abandons de portées et les félidés errants ne se multiplieraient pas autant. Le commerce d’animaux devrait aussi être repensé en profondeur pour conscientiser les futurs maîtres sur l’étendue de leur geste.

En effet, selon les parlementaires :

« La présence d’animaux en vente dans des rayons et la facilité de paiement proposée les assimilent à des biens de consommation et génèrent des achats irréfléchis qui favorisent l’abandon ».

D’ailleurs, les chats sont les premières victimes de cette confusion des notions de prix et de valeur. Étant moins chers, voire gratuits, ils sont délaissés sans problèmes. De plus, les sanctions en la matière sont peu dissuasives, faute de contrôle plus strict.


Sensibilisations nécessaires à tout âge

L’assurance animaux de compagnie est une formule très répandue en France. Paradoxalement, le pays détient un record peu flatteur en Europe en matière d’abandon d’animaux domestiques. Ce triste phénomène a ainsi fait réagir 240 parlementaires. Ceux-ci travaillent actuellement sur une proposition de loi visant à mettre un terme à cette pratique.

« Nous, parlementaires sensibles à la condition animale, devons prendre notre part de responsabilité et nous mobiliser. C’est pourquoi nous nous engageons à déposer une proposition de loi pour en finir avec ces abandons massifs, indignes d’une société civilisée et de notre pays ».

Ces élus explorent différentes pistes de travail pour monter ce projet de loi. La conscientisation des Français dès leur plus jeune âge fait notamment partie des éléments clés de cette vaste campagne. Comme le soulignent les parlementaires :

« Les programmes scolaires en classes primaires doivent sensibiliser les enfants à leur responsabilité envers les animaux ».

D’autre part, il est tout aussi important de sensibiliser l’ensemble de la population sur la place des animaux domestiques dans la vie quotidienne.

« Les nombreux bienfaits sur la santé de la possession d’animaux de compagnie sont prouvés scientifiquement. Nous devons donc faire en sorte que les établissements chargés de l’accueil des personnes âgées ou dépendantes acceptent le résident accompagné de son animal ».