Avec 100?000 animaux abandonnés par an, la législation française sur la maltraitance animale devient de plus en plus stricte. L’adoption d’un animal de compagnie est désormais conditionnée par les termes d’un certificat d’engagement et de connaissance. Le dispositif mis en place concerne également les animaux sauvages. Ces derniers ne feront plus le sujet de spectacles et de cirques itinérants.

Depuis l'émergence des ventes en ligne, les animaux domestiques se vendent comme des petits pains. La plupart du temps, il s'agit d'achats impulsifs et inconscients qui mènent à des cas d'abandon. Pour y remédier, l'Assemblée nationale a voté pour une proposition de loi contre la maltraitance animale.

Les députés sont unanimes. Il est temps de mettre en place toutes les mesures nécessaires pour responsabiliser l'acquisition d'un animal domestique. Des peines d'emprisonnement et des amendes sont prévues pour réprimander les auteurs de sévices sur animaux. Pour les amoureux des bêtes, il est temps de souscrire à une assurance animaux pour la prise en charge des soins et dispositifs médicaux.


Le cas des animaux exploités dans les cirques et les delphinariums

Difficile d'évoquer la maltraitance animale sans penser aux animaux exposés dans les cirques et les delphinariums. Depuis l'adoption de la proposition de loi sur la lutte contre la maltraitance animale, les propriétaires de cirque itinérant sont sur leurs gardes. En effet, certains textes tendent à une interdiction progressive de l'exploitation d'animaux sauvages. Cette mesure concerne aussi les plateaux de télévision, les delphinariums, les centres d'élevage et les lieux de spectacles privés.

Ainsi, le delphinarium du Parc Astérix qui hébergeait 8 dauphins a décidé de fermer ses portes. Pour certains parlementaires, ces articles sont une sorte de «cheval de Troie» dont le but serait la fermeture des zoos. D'après Bérangère Abba, secrétaire d'État à la Biodiversité :

Notre perception de la captivité a réellement changé et notre responsabilité est de dépassionner ces sujets.

Sanctions et amendes pour en finir avec la maltraitance animale

Les propriétaires d'animaux domestiques font souvent des achats sans réfléchir. Pourtant, il s'agit d'un véritable engagement et nombreux sont ceux qui ne le respectent pas. Résultat : 100.000 animaux de compagnie sont abandonnés chaque année en France.

Pour en finir avec ces acquisitions irresponsables, l'Assemblée nationale a mis en place un «certificat d'engagement et de connaissance». Les propriétaires consentent à bien prendre soin de l'animal. Cela, en le vaccinant, en le nourrissant et en lui faisant faire des visites médicales régulières.

Le cas échéant, le propriétaire est accusé de maltraitance animale. Il risque alors de lourdes peines, notamment 3 années de prison. Pour les auteurs de sévices graves tels que les mutilations et les agressions filmées, une amende de 45?000 euros est à prévoir.