En Suède, environ sept sur dix des animaux domestiques sont assurés. À titre de comparaison, la proportion descend à 10 % en France. Un pays où les entreprises actives dans le secteur de l’assurance, un marché très porteur, commencent à se multiplier. Parmi les nouveaux acteurs figure par exemple le néo-assureur Acheel.

En juin 2021, l'UFC Que Choisir a partagé un rapport relatif aux frais vétérinaires. Selon le document, ceux-ci augmentent de manière très hétéroclite entre 2018-2021. Par rapport à celui de 2018, le coût moyen des actes progresse ainsi de 7 % pour les grands chiens. Cet environnement d'accroissement des tarifs peut pousser davantage de détenteurs d'animaux à souscrire une assurance dédiée.

D'ailleurs, ce marché de niche est voué à fleurir, soutient Fabien Cazes, country manager au sein de Lovys. Une compagnie qui a lancé en 2020 une formule pour chat et chien entièrement en ligne. D'après le professionnel, les maîtres ignorent parfois l'existence de celle-ci et n'envisagent pas forcément d'y adhérer.


Pénétration de nouveaux entrants

Il déclare qu'afin de renseigner les propriétaires sur les avantages de l'assurance animaux :

Il y a une démarche d'évangélisation à faire. […]

Depuis de longues années, plusieurs assureurs classiques commercialisent déjà la même formule. D'autres enseignes, à l'instar de SantéVet, se sont uniquement positionnées sur ce segment des animaux de compagnie. En 2010, une détentrice d'un bouledogue a décidé d'assurer son compagnon auprès de cet acteur. Déboursant mensuellement 50 euros aujourd'hui, elle note :

À l'époque, il y avait moins d'offres disponibles. Maintenant, on voit plein de prospectus chez le vétérinaire.

En effet, ce marché avec un taux d'équipement faible est actuellement réparti entre une foule d'entreprises. Cependant, Fabien Cazes affirme que cette variété de propositions présente des avantages. Le spécialiste indique :

Sur un marché de niche, on n'a pas forcément envie qu'il y ait trop d'acteurs. […]

L'arrivée de nouveaux acteurs se révèle toutefois utile pour promouvoir le produit, tempère-t-il. Parmi ceux-ci se trouve Acheel, une assurtech qui s'est engagée sur ce segment deux mois plutôt.

Un domaine extrêmement convoité

Ralph Ruimy admet avoir toujours lorgné ce produit. Il le commercialisait déjà par l'intermédiaire d'un courtier en assurance. Le co-créateur de la société explique que maintenant :

Ça explose, tout le monde veut faire de l'assurance pour animaux. […]

Comparativement aux années passées, les Français s'avèrent plus résolus à y adhérer, souligne-t-il. Cependant, pour l'instant, la proportion d'assurés au sein de la population féline ou canine reste faible dans l'Hexagone. L'an dernier, les ménages tricolores disposaient de 22 millions de chiens et chats.

Une enquête Ipsos datant de 2018 dévoile que moins d'un sur dix d'entre eux bénéficiaient d'une police d'assurance. Un ratio très bas, notamment par rapport à celui affiché par certains pays européens. En Suède, il s'établit approximativement à 70 %, contre 30 % en Grande-Bretagne.

En France, les habitants sont accoutumés à des soins gratuits ou assez abordables, révèle Fabien Cazes. Et d'ajouter :

On a moins le réflexe d'assurer nos animaux, pour lesquels nous avons l'habitude de devoir payer.

Pour information, la facture s'élève jusqu'à plus de 1 000 euros pour une intervention importante et 80 euros pour un vaccin. Pour une consultation, il faut prévoir 30 euros au minimum.