À tous les propriétaires de chiens, chats, etc., il convient de bien ranger les médicaments humains de la maison. En cas d’ingestion, ces derniers peuvent, en effet, entraîner de graves problèmes chez l’animal impliqué. Parmi les conséquences envisageables, l’on peut notamment évoquer les problèmes cardiovasculaires, les tremblements incontrôlés, voire la mort.

De nos jours, certains laboratoires pharmaceutiques ajoutent différentes saveurs (poulet, bœuf…) aux médicaments vétérinaires pour stimuler l'appétit de l'animal. Une astuce permettant de les administrer plus facilement. Toutefois, la Dre Ahna Brutlag souligne qu'il faut éviter d'en faire prendre à la bête sans consultation d'un professionnel.

En parallèle, la directrice des services vétérinaires au sein de PetPoison Helpline attire également l'attention sur les médicaments humains. Elle a rappelé la nécessité de les tenir loin de la portée des chats, chiens, etc. Gloutons comme ils sont, bon nombre d'entre eux mangent, en effet, tout ce qui traîne. Un comportement qui conduit couramment à des intoxications médicamenteuses accidentelles.


Des conséquences pouvant aller jusqu'à la mort

Dans de telles circonstances, le maître doit s'abstenir de :

  • Faire vomir son compagnon ;
  • Lui administrer quoi que ce soit par voie orale.

Le premier réflexe à prendre consiste plutôt à joindre son vétérinaire habituel par téléphone. En cas d'indisponibilité, celui-ci réorientera le propriétaire vers un centre privé spécialisé dans les interventions d'urgence. Un contexte qui peut éventuellement nécessiter le concours d'une mutuelle d'assurance animaux en vue du remboursement des dépenses occasionnées. Au cas où le déplacement chez le vétérinaire s'avèrerait inéluctable, il est conseillé de se munir de l'emballage de la substance ingérée.

Par rapport à cela, les chiens, en raison de leur manque de discernement, se trouvent fréquemment impliqués dans divers cas d'intoxication. À noter que souvent, ces derniers sont causés par des médicaments humains, potentiellement fatals pour ces animaux de compagnie. Dans cette optique figurent les produits à base de paracétamol qui peuvent provoquer la mort du chat ou du chien.

Des effets différents selon l'animal

Dans le corps de ces derniers, la circulation de l'oxygène peut se dégrader après absorption d'Efferalgan, de Doliprane… Par ailleurs, cela peut aussi entraîner la destruction de leur foie. À ce titre, l'organe ne sécrète pas l'enzyme responsable de l'altération graduelle du paracétamol, contrairement à celui de l'homme.


Dans le même ordre d'idées, les médicaments contre les allergies, comme Aerius, Benadryl, etc. s'avèrent également dangereux. Dans le détail, la plupart d'entre eux renferment un décongestionnant nuisible à la santé des animaux, la pseudoéphédrine. Très rapidement assimilée après l'ingurgitation, celle-ci provoque en général des tremblements incontrôlables ainsi qu'une grande agitation chez l'animal concerné. Les répercussions seront pires si le chiot ou le chaton a consommé beaucoup de cachets. Chez les petites races de chiens et les chats, un seul suffit pour causer leur mort, une arythmie cardiaque, une convulsion…

Toutefois, il faut savoir qu'occasionnellement, le vétérinaire peut prescrire les produits susvisés aux bêtes afin de soulager leurs allergies. Une dose spécifique sera respectée dans une telle éventualité.