Néovacs souhaite contribuer à la conception de solutions dédiées à combattre et prévenir les pandémies. Dans cet objectif, la société française songe à investir environ 5 millions de dollars dans Bio Detection K9. Une entreprise canadienne positionnée sur le dépistage de virus, dont du SARS-CoV-2, et de bactéries à l’aide de chiens.

Vis-à-vis du dépistage du SARS-CoV-2, l'Organisation mondiale de la santé reconnaît la grande utilité des chiens renifleurs. En moins de 20 secondes, un canin qui a reçu une formation scientifique peut à ce titre tester un individu. Un délai très court comparé aux 15 minutes, voire plus, requises par la majorité des procédés de test Covid. Chez Bio Detection K9, les solutions de dépistage canin conçues coûtent au maximum 1,50 dollar/individu. En revanche, les gouvernements et les sociétés dépensent en moyenne entre 60-150 dollars/personne avec les tests de dépistage. À l'échelle du globe, ce système de détection de la maladie par les chiens procure un grand avantage pour l'écologie.


Des chiens en mesure de détecter le Covid

Grâce à l'élimination de déchets biologiques nocifs, cette méthode se présente comme la plus durable. Elle s'avère aussi la plus efficace et la plus rentable du fait :

  • Du gain de temps qu'elle offre ;
  • De sa précision ;
  • De son coût abordable.

Plusieurs grandes associations de divertissement et sportives (Eric Church, NASCAR…) recourent déjà aux services SARS-CoV-2 de Bio Detection K9. L'entreprise discute aujourd'hui avec des acteurs dans le secteur des transports (aéroports, gares…) en vue d'une collaboration. Elle négocie aussi avec les plus grands distributeurs d'assurance pour chien aux États-Unis pour un programme de recherche pilote. Ce dernier a pour but d'identifier plusieurs autres états maladifs que le SARS-CoV-2.

Depuis dix ans, Bio-Detection K9 a formé des canins à déceler des agents pathogènes agricoles avec l'appui de William Schneider. Un illustre scientifique et virologue du Département de l'Agriculture des États-Unis, l'USDA. Actuellement, l'entreprise canadienne est capable de fournir des services de dépistage de nombreuses pathologies humaines telles que :

  • Le SARS-CoV-2 et ses variants ;
  • L'épilepsie ;
  • Les cancers.

Appuyer la création d'outils de prévention contre les pandémies

Bio Detection K9 a conçu une technique spéciale pour dresser les chiens à identifier directement les bactéries et les virus. Elle a également créé des unités canines capables dépistées non invasivement les humains au Covid-19. L'efficacité de celles-ci a été estimée à 99 %.

Dans ce cadre, Néovacs prévoit d'injecter environ 4,2 millions d'euros (5 millions de dollars) dans la société canadienne. Par cet investissement, l'enseigne basée à Paris entend soutenir le développement de solutions de lutte et de prévention contre :

  • Le coronavirus ;
  • Les pandémies.

Bio Detection K9 sera possédée à hauteur de :

  • 65 % par Priority One Canine, qui s'est créé une expertise avancée en matière de chiens renifleurs ;
  • 35 % par Néovacs.

D'un point de vue historique, la domestication des canins tire son origine dans l'exceptionnelle finesse de l'odorat de ces derniers. Ce sens extrêmement développé a été exploité afin d'identifier plusieurs cibles de grande importance. Parmi celles-ci, le tabac issu d'un trafic clandestin, les substances narcotiques, les armes à feu, les explosifs, etc.