Le nombre d’animaux domestiques abandonnés augmente considérablement en été

Selon les chiffres de la Fondation 30 millions d’Amis, environ 11 à 12 animaux par heure sont abandonnés chaque année en France. À Rouen, Cécile Royer-Martin se bat pour les aider à trouver un nouveau foyer. Présidant la SNPA (Société normande de protection aux animaux), elle accueille près de 700 chiens et 500 chats en moyenne chaque année dans son association.

Concernant les adoptions, elles sont encore insuffisantes, car seuls 250 chiens et 150 chats trouvent une nouvelle famille après leur passage à la SNPA. Les risques d’abandon restent d’ailleurs présents. En effet, ceux qui adoptent des animaux ne savent souvent pas ce qui les attend.


Une erreur de choix

Pour bon nombre de personnes, la décision d’adopter un chat ou un chien fait souvent suite à un désir d’en avoir après avoir trouvé l’animal adorable. Dans d’autres cas, les adoptions visent à faire plaisir aux enfants. Une telle décision augmente pourtant le risque d’abandon selon la présidente de la SNPA.

En effet, les animaux de compagnie ne doivent pas être pris pour des objets. Tel un être humain, ils sollicitent également de l’attention et de l’affection de leur propriétaire.

En outre, les propriétaires adoptent souvent les animaux qui leur plaisent sans tenir compte de l’environnement dont ils ont besoin. Cependant, en fonction de sa race, chaque animal demande un environnement différent et ne peut pas forcément vivre en ville.

Tel est le cas du Husky de Sibérie, du Malamute d’Alaska, des chats siamois ou des chiens de chasse. L’éducation de l’animal s’avère pourtant éprouvante lorsqu’il vit dans un environnement inadapté.

L’abandon comme solution

Devenu source de difficulté, l’animal sera abandonné expressément dans la rue. La SNPA tombe souvent sur des animaux âgés, dans un état de santé grave. En effet, avec l’âge, les chats et les chiens impliquent davantage de dépenses.

Pour maintenir leur état de santé, ils doivent passer par un ensemble d’analyses coûteuses, comprenant la consultation des dents ou de la vue ainsi qu’un bilan sanguin. Il suffit pourtant de souscrire une assurance animaux pour alléger ses frais. Mais celle-ci reste encore peu connue des propriétaires français, car seuls 5 à 6 % des animaux domestiques en France sont assurés.


Le choix d’abandonner l’animal se présente alors comme la meilleure alternative. Deux cas peuvent alors se présenter. Le propriétaire peut directement ramener son chat ou son chien auprès d’un refuge animalier. Mais il arrive qu’il s’agisse d’un abandon déguisé, lorsque l’animal est pucé, mais aucun propriétaire ne vient le réclamer.

Un nombre d’abandons élevés en France

À travers son association, Cécile Royer-Martin recueille les chiens ou les chats, qu’ils soient abandonnés ou errants. Un travail qu’elle réalise depuis 20 ans. La capacité d’accueil de sa structure est toutefois limitée à 110 chiens et 60 chats.

La présidente de l’association déplore une situation alarmante, avec un nombre d’abandons toujours en hausse. Elle n’est d’ailleurs pas la seule. La Fondation 30 millions d’Amis a déjà annoncé que la France est le premier pays européen en termes d’abandon d’animaux domestiques.

Lorsqu’un animal domestique est trouvé errant sur la voie publique, la SNPA laisse 8 jours aux propriétaires pour se présenter et le récupérer. L’association peut également les appeler ou leur envoyer une lettre recommandée grâce aux informations stockées dans l’Icad, le fichier qui recense les animaux de compagnie en France.