La lutte contre l’exploitation animale en France vient jusqu’à interférer dans le régime alimentaire des animaux domestiques. Selon une représentante d’un site spécialisé dans l'alimentation végane, l’idée consiste à ne pas faire consommer des produits issus de l’élevage de bêtes à son chat ou son chien. De cette manière, l’on peut être sûr de ne pas financer l’industrie y afférente.

L’association L214 déclare que les animaux peuvent suivre un régime végan adapté à leurs conditions. Les croquettes véganes se composent par exemple de maïs, de graines de lin, de levure de bière et de lentilles.

L’organisation qui défend les animaux avance même que ces aliments s’avèrent plus sains que les croquettes classiques. Ces dernières sont fabriquées à partir des restes d'équarrissage et de déchets provenant de l’abattoir.

Pour certains observateurs, y compris des médecins vétérinaires, les ingrédients mentionnés pour la production de croquettes véganes posent problème. En tout cas, seule l’alimentation thérapeutique peut être couverte par une assurance chat ou une assurance chien.

Quelques médecins vétérinaires mettent en garde sur le régime végétalien

André Ménache, directeur scientifique de l'association Antidote Europe, soulève des questions d’ordre éthique. Le vétérinaire se demande s’il est correct d’imposer aux animaux de compagnie un régime artificiel.


Quant au maître de conférences en nutrition animale au campus vétérinaire de Lyon, Sébastien Lefebvre, il estime que certaines protéines incluses dans les croquettes végétaliennes ne sont pas forcément adaptées aux animaux.

Il se demande même si ces aliments ne sont pas à l’origine de la réapparition d’un problème cardiaque touchant les animaux domestiques. Le spécialiste ajoute que les petites enseignes qui conçoivent les croquettes végétaliennes ne peuvent pas vérifier leur valeur nutritive.

Anissa Putois, qui travaille en tant que chargée de communication pour l’association de défense des animaux Peta France, émet quelques recommandations :

La transition doit se faire en douceur avec les conseils d'un vétérinaire, tout en gardant un œil sur son animal pour veiller à ce qu'il mange toujours autant, ne perde pas de poids et qu'il n'y ait pas de changement dans son comportement.

Les aliments ingérés par les animaux de compagnie doivent répondre à des impératifs biologiques

La nutritionniste Charlotte Devaux estime qu’il n’existe pas encore de produits végétaliens réellement satisfaisants parmi ceux commercialisés sur le marché. Elle conseille de ne soumettre un animal à ce régime que s’il n’est pas carnivore.

La majorité des vétérinaires questionnés pense que le régime végétalien convient uniquement aux chiens de petite taille et peu actifs. Encore faut-il qu’ils n’aient pas été castrés, comme le souligne Claude Paolino, qui exerce à Six-Fours-les-Plages en tant que vétérinaire et nutritionniste.


En revanche, les professionnels s’accordent pour dire que ce régime n’est nullement adapté aux chats. Ces derniers doivent consommer onze acides aminés essentiels fournis par des tissus animaux. Charlotte Devaux apporte quelques explications :

Son régime alimentaire consiste à manger des proies et il n'est pas aussi flexible que le chien… S'il peut manger et tolérer les glucides, lui proposer un régime végan va à l'encontre des besoins de son espèce. C'est comme si on voulait nourrir un lapin avec de la viande, ce n'est pas fait pour.

Quant à Sébastien Lefebvre, il doute de l’efficacité des croquettes végétaliennes sur la santé animale :

Aucune étude scientifique sérieuse n'a montré que ces croquettes étaient aussi bonnes que les aliments avec viande.