L’ostéoarthrite (OA) chez les chiens : les symptômes et les traitements

Une maladie chronique et dégénérative

Maladie chronique et dégénérative, l’ostéoarthrite ne se guérit pas, mais il est possible de retarder les dégâts qu’elle entraîne. La modification de l’hygiène de vie du chien est essentielle pour endiguer la progression de l’affection.

Une meilleure alimentation représente la première mesure à mettre en place, notamment en privilégiant un régime à base d’acides gras oméga-3 et de compléments alimentaires.

Par ailleurs, inciter l’animal à pratiquer une activité physique régulière contribue à fortifier le cartilage et aide à mieux gérer son poids. L’idée est d’assurer le bon fonctionnement des articulations afin de retarder le processus dégénératif et d’améliorer les résultats des traitements préconisés par le vétérinaire.


Des traitements pour préserver la mobilité

Les vétérinaires adoptent généralement une approche multimodale pour traiter l’arthrose du chien, lui faire retrouver une certaine mobilité et améliorer sa qualité de vie. Ils privilégient ainsi une gestion clinique innovante qui combine divers médicaments, dont les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ces derniers permettent de freiner l’évolution de la maladie articulaire et d’apaiser les douleurs.

Ces dernières années, la gabapentine a aussi été prescrite aux animaux depuis que son efficacité a été prouvée chez les humains pour soulager les douleurs neuropathiques et les comportements mésadaptés. Malgré les bons résultats observés, d’autres études cliniques sont en cours pour en savoir plus sur les possibilités offertes par cette molécule.

Les traitements de l’ostéoarthrite devant très souvent être poursuivis à vie, une bonne assurance chien est recommandée.

De nouveaux traitements à l’horizon

En plus de ces traitements courants, d’autres approches sont aussi envisagées récemment, telles que l’usage d’anticorps monoclonaux pour traiter l’OA et la maladie articulaire dégénérative chez les animaux de compagnie.

Depuis quelques années, ces anticorps monoclonaux ont démontré des résultats probants chez les humains pour traiter notamment l’arthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn et certains cancers.

Leurs effets secondaires étant moindres, ils peuvent être administrés pendant une longue période. On peut donc s’attendre à ce que ce nouveau traitement soit appliqué aux chiens et chats souffrant d’ostéoarthrite.