Comme le vétérinaire, l’ostéopathe animalier intervient pour soulager les maux de l’animal. Les problèmes traités sont toutefois différents. Ce professionnel de la santé intervient principalement sur les pathologies qui ne présentent aucun symptôme apparent. La pratique est quasi identique à celle réalisée chez l’être humain, avec par exemple un massage. Le traitement est proposé en complément.

La médecine douce n'est plus réservée aux êtres humains. Depuis peu, elle se répand également chez les animaux avec des soins et traitements conçus pour ces derniers. Parmi les pratiques en vogue figure l'ostéopathie.

L'ostéopathe animalier propose des soins quasi identiques à ceux prodigués aux humains. D'ailleurs, les problèmes à traiter ne s'éloignent pas de ceux rencontrés chez ces derniers. La plupart du temps, les pathologies sont les mêmes, mais le nom diffère. Le traitement peut alors se faire seul ou en complément des soins prodigués par un vétérinaire. Les dépenses, quant à elles, sont couvertes par l'assurance animaux, au même titre que les traitements classiques.


Les animaux plus réceptifs au traitement

La pratique de l'ostéopathie animale est totalement légale et encadrée par l'Ordre des Vétérinaires. En effet, face à son développement, une loi qui régit la profession a fait son apparition en avril 2017. Pour l'exercer, il faut suivre des études pendant 5 ans et passer un examen organisé par l'Ordre.

Le traitement est conseillé pour les problèmes sans lésion apparente. Il complète les soins prodigués par un vétérinaire. L'ostéopathie non vétérinaire est aussi autorisée. Cependant, elle doit se faire dans le respect des règles et en collaboration avec des vétérinaires traitants. Les manipulations nécessitent également de la douceur et doivent être effectuées dans le respect de l'animal. Ceci conditionne la réussite du traitement.

Comme l'ostéopathie, il est aussi possible de recourir à la communication animale. Et ce, bien que la prise en charge reste difficile avec un patient qui n'est pas doté de la parole. Le praticien doit alors partir des pathologies physiques constatées afin d'identifier leurs causes et proposer ensuite les soins adaptés.

Pour cette raison, le diagnostic est plus difficile à établir chez les animaux. Toutefois, ils ont l'avantage d'être plus réceptifs au traitement. Selon Françoise Rolland, ostéopathe animalier, ils sont dans l'instantanéité. De ce fait, ils ne réfléchissent pas à une manière d'éviter la douleur générée par le soin. Aussi, le traitement agit plus rapidement.


Un traitement identique à celui des humains

L'ostéopathie animale traite en général des problèmes touchant au mouvement des muscles et des articulations, ou même des viscères. Le praticien peut intervenir en cas de sensibilité inhabituelle au dos, ou une difficulté à uriner ou déféquer. Il est aussi compétent pour un problème de mobilité du rachis au niveau du cou après une chute. En cas d'asymétrie du bassin ou une boiterie, il peut également être contacté.

À l'instar des torticolis et des lumbagos, les problèmes rencontrés sont similaires à ceux des humains. En effet, l'Homme est un mammifère, au même titre que les chiens, les chats, les chevaux ou les lapins. La constitution musculaire et vertébrale est donc identique. Cela dit, les quadrupèdes doivent faire face à des problèmes particuliers, en raison de leur mode de déplacement.

L'ostéopathe animalier peut traiter les chiens et les chats, voire les bovins et les lapins. Et ce, bien que la pratique ait été à l'origine destinée aux chevaux. Il peut proposer un massage ou accompagner l'animal pour sa rééducation après une opération tel un kinésithérapeute.