Mis en place pour freiner l’épidémie de coronavirus, le confinement a radicalement changé le quotidien des populations mises en quarantaine. Ce nouveau rythme de vie se répercute nécessairement sur les animaux de compagnie. Les abandons risquent également de se multiplier en raison des craintes infondées de contamination par le biais des chiens et chats.

Les contrats d’assurance animaux couvrent une grande variété d’espèces domestiquées, des chiens aux chats, sans oublier les chevaux. Durant le confinement, ces derniers sont particulièrement affectés par le manque d’exercice dû à la fermeture des centres équestres et à la restriction des déplacements. Ils risquent notamment des blessures et des fractures s’ils doivent rester dans un box.

Les chiens, en revanche, ont la possibilité de sortir plus souvent malgré la conjoncture. En effet, plusieurs États permettent aux propriétaires d’animaux domestiques de les promener régulièrement pendant la quarantaine. Cependant, les citoyens abusent parfois de ces dérogations au détriment des premiers concernés, entraînant ainsi des fatigues excessives et des abandons potentiels.

Une occasion unique de se rapprocher pour les animaux et leurs maîtres

Depuis le confinement, les maîtres sont en compagnie de leurs animaux domestiques à longueur de journée. Cette situation est intéressante pour les deux parties, dans la mesure où elles disposent de plus de temps pour renforcer leur lien affectif. Les bienfaits de la quarantaine peuvent d’ailleurs être rapidement visibles sur les félins. Ils deviendront de moins en moins distants à force de jouer avec leur humain.


En tout cas, la PETA recommande aux propriétaires de chats de les garder autant que possible à l’intérieur. En effet, il ne sera pas évident de les retrouver, s’ils se perdent durant le confinement. De plus, rechercher un chat ne constitue pas un motif valable pour sortir durant la crise sanitaire actuelle.

De leur côté, les chiens bénéficient d’un droit de sortie limitée à une heure par jour et à un kilomètre de leur maison pendant la période de quarantaine. Selon les spécialistes, cette mesure n’est pas suffisante. En effet, les chiens ont besoin de sortir au moins quatre fois par jour pour faire leurs besoins. Il faut également prévoir une promenade d’une à deux heures par semaine pour leur bien-être.

Ces animaux ont néanmoins la chance d’avoir un compagnon de jeu toute la journée grâce à l’épidémie. Cela dit, ils sont parfois utilisés, prêtés, voire loués, par des humains pour pouvoir sortir sans être verbalisés durant le confinement.

Les effets néfastes de la pandémie

En tant que pays d’origine de la pandémie, la Chine est l’un des premiers États à avoir instauré le confinement dans le monde. Les règles de quarantaine y sont globalement plus strictes. De plus, les autorités locales ont parfois pris des mesures drastiques pour lutter contre le coronavirus. Ainsi, de nombreuses personnes ont été séparées de leurs animaux domestiques depuis l’application de ce dispositif.


Comme l’ont expliqué à CNN les défenseurs de la cause animale en Chine :

Les résidents qui ont été forcés de laisser leurs animaux ont laissé suffisamment de nourriture et d’eau pour tenir quelques jours, pensant qu’ils reviendraient bientôt, mais près d’un mois après leur évacuation, de nombreux habitants ne sont pas rentrés chez eux.

Les associations ont notamment aidé de nombreux animaux laissés dans plus d’un millier d’appartements dans la ville de Wuhan. Par ailleurs, cette situation concerne plusieurs dizaines de milliers de chats et chiens de la province du Hubei. Ces chiffres ont été communiqués par Humane Society International et Vshine Animal Protection Association, une organisation locale militant pour la protection des animaux.

La Chine compte également une myriade d’abandons à cause de la panique liée à l’épidémie et de la méconnaissance du mode de transmission du coronavirus. La population locale croit notamment que les animaux domestiques contribuent à accélérer la propagation du virus. Cette idée incite d’ailleurs certains maîtres à nettoyer leurs chiens ou chats avec des produits corrosifs et nocifs pour leur santé.