Le premier chien testé positif au Covid-19 est celui d’une habitante de Hong Kong, elle-même infectée par le coronavirus. Les explications fournies par une professeure de virologie à l’École nationale vétérinaire d’Alfort laissent entendre que l’animal n’est pas réellement atteint, mais juste vecteur de la maladie. Des tests sont en cours pour vérifier toutes les hypothèses.

Face à la nouvelle du chien contaminé par le coronavirus à Hong Kong, de nombreux propriétaires ont décidé de faire porter des masques à leur compagnon à quatre pattes. La souscription d’une assurance chien peut également s’avérer utile dans cette situation. Dans tous les cas, le but est de protéger son animal domestique de tout danger.

L’animal de compagnie testé positif au Covid-19 appartient à une patiente infectée. L’hypothèse d’une transmission directe de l’homme au chien est-elle donc avérée ? La spécialiste en virologie et enseignante à l’École nationale vétérinaire d’Alfort, Sophie Le Poder, répond à cette question.

Est-il réellement question de contamination ?

Pour l’instant, le chien testé positif au Covid-19 n’a présenté aucun symptôme de la maladie bien que les résultats des analyses réalisées sur lui attestent la présence du virus. Des dispositions d’isolement ont toutefois été prises afin d’éviter tout risque de propagation.


Selon Sophie Le Poder, il s’agit d’une infection passive. En reniflant des microgouttelettes de toux ou d’éternuements de sa maîtresse malade, le chien s’est retrouvé avec des traces de Covid-19 dans ses cavités nasales.

D’après la virologue, il s’agit également de l’explication la plus plausible concernant les échantillons oraux contaminés, mais faiblement. Quant aux résultats des prélèvements rectaux, ils sont négatifs.

Apparemment, la transmission de virus entre l’homme et le canidé est particulièrement rare. Sophie Le Poder note :

[…] à l’exception de la rage, nous n’avons jamais identifié de virus qui se transmette entre l’homme et le chien, c’est d’ailleurs pour cette raison que ce sont de si bon animaux de compagnie.

Quoi qu’il en soit, d’autres analyses sont en cours et les tests se poursuivent.

Plusieurs précautions s’imposent tout de même

Même si l’hypothèse de contamination d’un chien par le Covid-19 se confirme, la transmission du virus du chien vers l’homme ou les autres animaux reste peu probable. L’experte en virologie française explique qu’une transformation suivie d’une adaptation est nécessaire à l’agent infectieux pour changer d’hôte.

Concrètement, pour se répliquer, le virus requiert les mêmes conditions à chaque hôte. Pourtant, les protéines cellulaires qui lui sont indispensables et accessibles chez l’hôte humain ne sont pas forcément disponibles chez le chien.


Sophie Le Poder a aussi évoqué l’existence de culs-de-sac épidémiologiques :

[…] la fièvre du Nil occidental, qui se transmet par le moustique, peut par exemple infecter les chevaux. Ces derniers peuvent développer des symptômes, mais ils ne peuvent plus contaminer d'autres moustiques. Le virus se trouve alors dans une impasse.

En tout cas, tant qu’un vaccin ou un traitement spécifique contre le Covid-19 n’a pas été trouvé, mieux vaut se protéger. Il est notamment conseillé de garder une certaine distance avec les individus présentant des symptômes de contamination. Il est également recommandé de se laver régulièrement les mains.