Malgré le Covid-19, les candidats à l’adoption d’animaux de compagnie n’ont pas abandonné leur projet. En Auvergne-Rhône-Alpes, une hausse du nombre d’adoptions a même été constatée cet été au niveau de la SPA de Brugheas. Néanmoins, la situation demeure problématique, car les animaux accueillis sont toujours plus nombreux que ceux qui partent pour la majorité des refuges de la région.

Les Français continuent de se rendre dans les refuges pour adopter des animaux en dépit de la pandémie de coronavirus. Cette tendance a été encouragée par le confinement. En effet, nombre de personnes ont été confrontées à la solitude durant cette période. Elles ont donc éprouvé le besoin d'avoir un compagnon animal.

Or, une telle démarche n'est pas banale. L'adoption d'un animal implique des contraintes et des responsabilités. Il faut notamment prévoir un budget pour son alimentation et sa santé (frais de vétérinaire, vaccination et assurance animaux éventuellement). Certains ne s'en sont rendu compte qu'une fois l'acte accompli, ce qui a parfois occasionné des retours.


L'avenir s'annonce inquiétant pour les refuges

Cette année, des chatons sont arrivés massivement dans les refuges pour animaux. Il s'agit d'une autre conséquence de la crise sanitaire. En effet, les associations et les municipalités avec lesquelles elles collaborent n'ont pas pu procéder à la stérilisation des chats errants en raison de la pandémie. Le président de l'Association de protection animale de Gerzat, Michel- Antoine Sibiaud, explique :

Cet été, nous avons dû envoyer certains de ces chatons dans d'autres refuges, car nous n'avions plus de place pour les accueillir dans de bonnes conditions.

La situation est d'autant plus critique que les adoptions ne suivent pas l'affluence dans la majorité des refuges en Auvergne. L'interlocuteur susmentionné appréhende l'avenir. Selon lui, bien qu'il n'ait pas freiné les adoptions, le contexte sanitaire est susceptible de dégrader les conditions dans les refuges.

Un geste de solidarité en période de crise

Même durant le confinement, les Français ont eu la possibilité d'adopter un animal. La SPA a d'ailleurs mis en place un dispositif spécial pour permettre aux intéressés de choisir un compagnon sans courir aucun risque.

Depuis le déconfinement, le nombre d'adoptions tend à augmenter. En juillet dernier, la SPA de Brugheas a fait adopter 73 chats. Selon la responsable du refuge, Céline Maes :

Certaines personnes, en ces temps de crise, ont voulu faire preuve de solidarité en accueillant chez elles un animal de compagnie.

L'engouement n'est cependant pas identique dans tous les refuges auvergnats. Pour celui de la SPA de Montluçon par exemple, le nombre d'adoptions enregistré durant l'été n'a pratiquement pas évolué comparé aux années précédentes. Durant les trois premières semaines d'août, 11 chiens et 32 chats ont été adoptés dans le centre d'accueil.