Après l’Espagne et la Belgique, le groupe Compagnie des Animaux (CDA) continue sa conquête des marchés internationaux. Il vise désormais des pays comme la Pologne, l’Italie ou les Pays-Bas, en passant avant tout par l’Allemagne. De nouveaux services ont également été développés pour faciliter la prise de rendez-vous pour une consultation vétérinaire.

L'assurance animaux fait partie des rares marchés qui semblent avoir été épargnés par la crise sanitaire. C'est du moins le cas chez le groupe de courtage Compagnie des Animaux (CDA), dont fait partie SantéVet. Il termine l'année en dépassant de 2 à 3 % son objectif, et réfléchit même à son extension.

Le groupe est actuellement présent en Belgique et en Espagne, en plus de la France. Mais d'autres pays européens se trouvent dans sa ligne de mire. Cette internationalisation s'accompagne d'un développement de ses produits. Deux nouveaux services ont vu le jour : Payvet, une plateforme pour tiers payant, et Vetolib, pour prendre un rendez-vous en ligne.


Des solutions innovantes, accessibles gratuitement

Selon Jean-Christophe Vullierme, directeur des affaires vétérinaires, Vetolib permettra au groupe de se positionner sur un marché de niche. En effet, 25 millions de rendez-vous seraient pris chaque année, principalement par téléphone.

Une telle solution n'est pas une nouveauté. Aussi, pour se démarquer, le groupe a choisi de supprimer les frais d'abonnement. Les plateformes vétérinaires doivent simplement s'acquitter du prix des SMS de confirmation.

Payvet sera également gratuit et accessible aux clients qui ne sont pas assurés par CDA. Le lancement est prévu pour mars 2021 pour les inscrits chez SantéVet, après une phase de tests. Et au mois de juin pour les clients chez Bulle Bleue et Jim & Joe, les deux autres entreprises du groupe. Au second semestre de 2021, ce sera le tour des clients non assurés par CDA, qu'elle espère intégrer à sa base clientèle.

Une filiale en Allemagne

D'autres objectifs ont été annoncés, dont la conquête de l'Allemagne. Les couvertures pour animaux y seraient encore très peu utilisées. Le taux d'équipement se situe entre 5 % et 7 %.

Le pays disposerait d'un marché identique à celui de la France. Pour s'y établir, le groupe prévoit donc de mettre en place une stratégie similaire, différente de celle adoptée pour l'Espagne et la Belgique. En effet, pour ces deux pays, la gestion des activités se fait depuis un pôle à Lyon.


L'objectif serait de créer une relation de confiance avec les professionnels allemands. Une succursale sera installée à Francfort, en charge du service client. Trois personnes ont déjà été embauchées, et trois autres le seront d'ici la fin de 2021.

Un chiffre d'affaires qui sera en hausse dans les prochaines années

Côté résultat, la Compagnie des Animaux aurait rattrapé la plupart des retards d'activité accumulés suite au premier confinement. En 2019, son chiffre d'affaires était d'environ 67 millions d'euros. Mais une hausse est prévue dès que la crise sera passée, notamment grâce au développement en Allemagne.

Pour les 5 prochaines années, le groupe vise 100 000 contrats et une augmentation à 50 % du chiffre d'affaires généré par le marché en dehors de l'Hexagone. Pour l'instant, il ne représente que 15 % de son chiffre à l'international.

D'ailleurs, en dehors de Bulle Bleue en 2018, SantéVet n'a jamais pu compter sur le marché externe pour accélérer sa croissance. De plus, le groupe se heurte à des difficultés en Espagne, dues aux spécificités locales.

Néanmoins, il ne compte pas s'arrêter là. Il prévoit de s'étendre dans d'autres pays comme le Portugal, l'Italie, la Pologne et les Pays-Bas dès 2022.