Alors que les salariés basculent graduellement à nouveau vers le travail en présentiel, un autre besoin apparaît. D’après le Telegraph, les employés britanniques demandent des congés notamment pour accueillir un animal de compagnie dans leur foyer. Le mouvement est surtout porté par la génération Z, qui a une nouvelle conception de l’unité familiale.

Outre-Manche, de plus en plus d'entreprises s'ouvrent à l'idée d'offrir des jours de congés à leurs collaborateurs détenteurs d'animaux domestiques. C'est ainsi que le Telegraph a évoqué l'octroi sous peu d'un congé « patternité ». D'après le quotidien britannique, ce dernier bénéficie d'abord aux animaux, mais leur maître en profite également .

Ceux qui se sont cloîtrés dans leur logement durant les confinements comprennent l'importance des animaux de compagnie. Ils peuvent procurer un appui déterminant d'un point de vue émotionnel . À ce propos, nombre de personnes se sont retrouvées privées de réconfort et de contact physique durant la crise sanitaire. Elles ont pu combler leur vide grâce aux chats, chiens, etc.


Garantir l'épanouissement des salariés

Fiona Hunter affirme avoir déjà offert des congés relatifs aux animaux de compagnie avant l'apparition du Covid-19. La responsable du bien-être des salariés chez BrewDog, un brasseur écossais, l'objectif de la mesure consiste à :

Répondre aux besoins des employés qui veulent conserver une vie personnelle super épanouie.

Au sein du personnel de la société, elle indique avoir pu constater une différence notable en matière de bien-être. Elle soutient qu'actuellement, une transformation profonde du schéma familial classique intervient . Au point qu'ils doivent cogiter créativement sur la manière dont les personnes appréhendent le sens de la famille. Fiona Hunter lance :

[…] L'organisation traditionnelle 'maman, papa, enfants' ne convient plus à tout le monde.

Malgré tout, de tels dispositifs restent inexistants au sein de plusieurs sociétés. Dans celles-ci, le retour au bureau après un an et demi de travail à distance constitue une expérience pénible. Et ce, pour beaucoup de managers. Pour accueillir leurs nouveaux compagnons, 5 % des détenteurs d'animaux de compagnie ont reçu des congés , déclare Petplan. Une compagnie londonienne d' assurance animaux .

Le « fur baby » gagne en vigueur

Depuis mars 2020, avec le premier confinement, 3,2 millions de personnes ont adopté un chien en Grande-Bretagne. Autour du globe, de plus en plus de monde vit la culture du « bébé à fourrure » (fur baby) . D'après l'Association des fabricants anglais d'aliments pour animaux, environ 60 % de ces nouveaux détenteurs sont âgés de 16-34 ans .

Appartenant à la génération Z , plusieurs d'entre eux marquent de l'indécision à l'idée d'avoir des enfants. Entre mode de vie, crainte des responsabilités, et les dépenses qui en découlent, les raisons de cette hésitation varient. De plus, ces groupes de personnes assument de considérer leurs chiens, chats, etc. comme un substitut de progéniture .

Pour les employeurs, l'attribution d'un congé « patternité » est aussi motivée par le retour des travailleurs au bureau. Pour les attirer à nouveau en présentiel, les dirigeants doivent en effet apporter plus d'efforts.