Depuis la mise en place des mesures de confinement, la demande pour les chiens de petite taille a augmenté. Par conséquent, leurs prix se sont envolés, au point de faire naître une convoitise malsaine chez certaines personnes. De ce fait, une augmentation se fait ressentir concernant le nombre de vols commis ces derniers mois.

Ces derniers temps, le vol de chiens se développe de plus en plus. En Grande-Bretagne, John May remarque que depuis le commencement de la crise sanitaire, le fléau a presque quadruplé. Depuis 30 ans, il aide des propriétaires à rechercher leurs bêtes dérobées ou égarées sur la plateforme en ligne DogLost. Et au cours de ces longues années, la situation n'a jamais été pire qu'en 2020, confie-t-il.

Dans l'Hexagone, un rapport révèle que 70 000 Français se trouvent, chaque année, dépouillés de leur canidé. Et certains malfaiteurs n'hésitent même pas à perpétrer des agressions dans la rue pour s'en approprier. C'est dans ce contexte qu'est né les « promeneuses du couvre-feu ».


Rester vigilant et adopter certaines pratiques

Une équipe de promenade fondée par des maîtresses de chien, dans un souci de sécurité. L'une d'entre elles explique :

On se promène tard le soir, vers 22h ou 23h. Rester ensemble, ça nous rassure, on se sent davantage protégées et, surtout, on évite […] les vols à l'arraché.

En mai dernier, une membre de la bande a justement échappé de peu à ce dernier. Ce qui l'a poussée désormais à redoubler de précaution. À l'égard d'un inconnu, elle révèle faire preuve de méfiance face aux interrogations relatives :

  • Au sexe de l'animal ;
  • À son prix d'achat ;
  • À son état (stérilisé ou non par exemple).

La propriétaire indique également s'être procurée d'une laisse en maille, plus dure à inciser. Une pratique que les compagnies d'assurance pour chien approuveraient certainement.

En cas d'attitude douteuse ou d'une tentative de vol, les « promeneuses du couvre-feu » se communiquent sur une plateforme numérique. De cette manière, elles tentent de prévenir les enlèvements.

Certaines races exceptionnellement ciblées

Dans ce contexte, les délinquants lorgnent spécialement les races telles que :

  • Les Bouledogues ;
  • Les Chihuahuas ;
  • Les Staffies ;
  • Les American Bully ;
  • Les Spitz pomeranians.

Pour information, les prix de celles-ci à la revente peuvent s'élever entre 800 euros jusqu'à 15 000 euros. À cause de la flambée de la demande depuis les périodes de confinement, leurs valeurs ont particulièrement explosé. Ce qui entraîne une prolifération des vols.


Un problème dont a notamment pâti une propriétaire de Spitz pomeranian femelle de sept mois. Victime d'un cambriolage en juin dernier, elle se lamente :

[…] On l'a cherchée […] et on ne l'a jamais retrouvée.

La maîtresse souligne qu'excepté quelques armoires fouillées, les malfaiteurs n'ont pris aucun objet valeureux. Aujourd'hui, elle se dit blessée :

[…] Voler un chien, ce n'est pas simplement voler un objet, mais un membre de la famille. Donc ça fait mal au cœur.

Face à la multiplication des vols depuis quelque temps, les forces de l'ordre ont créé une association de protection animale.