Le premier et unique cas de coronavirus détecté chez le chien jusqu’à ce jour, et qui a suscité diverses réactions des médias, est celui d’un loulou de Poméranie à Hong Kong. Bien que les résultats des tests réalisés sur cet animal se soient avérés positifs, la transmission du virus ne peut s’effectuer que sous certaines conditions. Explications.

Le tout premier chien testé positif au Covid-19 a été l'un des principaux sujets des médias dernièrement. Mais qu'en est-il réellement des animaux de compagnie ? Constituent-ils une menace pour leurs propriétaires ? Leur santé est-elle menacée ? Les explications obtenues sur le cas du premier chien contaminé éclairent sur ces différentes interrogations.

En tout cas, pour protéger au mieux leur animal de différentes maladies, les maîtres peuvent souscrire une assurance chien. Concernant le loulou de Poméranie infecté, il a été mis en quarantaine afin de mener à bien les tests qui permettront de dissiper les rumeurs et les craintes.

Les chiens peuvent-ils contracter le Covid-19 et le transmettre ?

En théorie, la transmission d'un virus d'un être humain au chien est possible. Il a notamment été prouvé que cet animal présente une certaine sensibilité aux norovirus humains qui provoquent chez lui des vomissements et des diarrhées. Toutefois, il faut un séquençage complet du génome du virus pour pouvoir vraiment parler d'infection.


D'autre part, une quantité assez importante de cellules contaminées est nécessaire pour pouvoir transmettre le coronavirus. Or, les résultats des prélèvements réalisés sur le loulou de Poméranie qui s'est avéré positif indiquent que le taux de virus présent dans ses narines et sa gorge est faible.

En supposant que le virus SARS-CoV-2 (responsable du Covid-19) ait bien été assimilé par le chien et que ses cellules soient infectées, l'animal devrait tomber malade après contamination. Pourtant, le loulou de Poméranie n'a présenté aucun symptôme. Ce qui amène les spécialistes à conclure que le rôle du chien dans cette épidémie se limite à celui d'un fomite. Ce terme désigne un vecteur passif de transmission d'une maladie.

La transmission du SARS-CoV-2 d'une espèce à une autre est difficile

Certains types de coronavirus peuvent contaminer les chiens. Le tout premier cas avéré date de 1974. En 2003, un autre coronavirus canin a été identifié. Cette maladie a provoqué des problèmes respiratoires chez les chiens infectés.

Toutefois, aucun cas de transmission du chien à l'homme n'est connu à ce jour. De même, malgré sa sensibilité au coronavirus, il est peu probable que cet animal contracte le SARS-CoV-2 pouvant affecter l'espèce humaine.

Pour que le chien soit infecté, il faut que le virus responsable du Covid-19 soit capable de se lier aux récepteurs canins. Les recherches indiquent que le SARS-CoV-2 s'introduit dans les cellules via les enzymes ACE2 et TMPRSS2. Ces deux protéines existent chez les chiens. Toutefois, elles diffèrent des versions présentes chez l'homme. Le virus ne peut donc pas s'en servir efficacement.

Pour écarter tout risque, le mieux est d'adopter plusieurs gestes simples. Il faut par exemple éviter de tousser dans la direction de son chien. Ainsi, ce dernier ne véhiculera pas le virus sur son pelage.

Par ailleurs, il est indispensable d'assurer l'hygiène de l'animal et de tout ce qui l'entoure.