Aux États-Unis, une étape majeure a été franchie dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Il y a quelques jours, le pays a en effet compté 100 millions de personnes entièrement immunisées contre ce dernier. D’ici le mois de juillet, l’Exécutif espère faire évoluer ce chiffre. Pour cela, il ambitionne notamment de convaincre les plus hésitants.

Aujourd'hui, les efforts fournis dans la campagne de vaccination par l'administration Biden semblent porter leurs fruits. La semaine du 23 avril, le gouvernement a atteint son objectif d'inoculer 200 millions de doses avant le 100ème jour de sa prise de fonction. Vers la fin du mois, la barre symbolique des 100 millions de personnes immunisées contre le coronavirus a été franchie. C'est deux fois le nombre enregistré au 31 mars, et quasiment 40 % de la population adulte aux États-Unis. Pour rappel, un individu est considéré entièrement vacciné deux semaines après injection du médicament (une ou deux doses selon le produit).


Un nouvel objectif d'ici deux mois

Lors d'un point de presse, le coordinateur de la lutte contre le Covid-19 à la Maison Blanche, Jeff Zients, a souligné que :

Cela veut dire 100 millions d'Américains avec un sentiment de soulagement et de tranquillité d'esprit.

Après un pic vers la mi-avril, le rythme de la vaccination semble toutefois ralentir depuis peu. Les centres dédiés à cet effet reçoivent de moins en moins de visites. À ce titre, la moyenne d'injections sur 7 jours s'établissait à 3,38 millions de doses au 13 avril. Le 3 mai, elle est descendue à 2,29 millions. Ce qui représente un niveau similaire à celui de début mars. Progressivement, le pays a réussi à immuniser les personnes les plus désireuses et les plus à risques. Maintenant, il est question de :

• Atteindre les habitants des zones difficilement accessibles (les ruraux notamment); • Convaincre les plus récalcitrants ; • Élargir la campagne aux enfants de 12 à 15 ans.

Joe Biden espère que d'ici début juillet, 160 millions d'Américains seront totalement immunisés. Pour l'opération, ils pourront choisir parmi trois vaccins : Moderna, Pfizer/BioNtech et Johnson & Johnson. Tous sont remboursés par les mutuelles santé.

Une bonne nouvelle pour le tourisme

Après avoir été suspendue, l'utilisation du vaccin Johnson & Johnson a été à nouveau approuvée par les autorités sanitaires américaines. Ce qui élargit les perspectives de vaccination. Une opération qui s'avère décisive dans la lutte contre l'épidémie. De même pour le tourisme, indique Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, dans sa déclaration du 25 avril.

Cet été, les voyageurs américains pourront se déplacer librement au sein de l'Union européenne, à condition d'être immunisés. Le vaccin utilisé devra être approuvé par l'Agence européenne des médicaments. Jusqu'ici, il s'agit de Moderna, AstraZeneca, Pfizer et Johnson & Johnson.

Toutefois, les États membres pourront autoriser ceux qui ont été homologués par l'OMS en situation d'urgence. Pour information, l'UE a fermé ses frontières pour les voyages non impérieux depuis mars 2020.

Avec un taux d'incidence du Covid-19 faible (inférieur à 25 pour 100000 habitants) sur quatorze jours, seuls six pays bénéficient d'une exception. Il s'agit de la Thaïlande, du Singapour, de l'Australie, du Rwanda, de la Corée du Sud et de la Nouvelle-Zélande.