Une étude publiée récemment par l’ACPR Banque de France a montré que les rendements des contrats collectifs de complémentaires santé sont moins élevés que ceux des contrats individuels.

En effet, en 2020, les professionnels du secteur ont reversé en prestations 89,8 % des primes aux assurés détenant des contrats collectifs, contre 74,7 % pour les contrats individuels. Le marché collectif a ainsi été déficitaire malgré une hausse de primes collectées (+1,3 % comparé à 2019).

Un déficit important pour les organismes de prévoyance

Le poids du contrat collectif dans l'activité des institutions de prévoyance leur a causé des pertes importantes en 2020 (191 millions d'euros).

Dans les détails, les contrats collectifs ont été déficitaires de 5,4 %. Cette perte est plus faible pour les mutuelles et les entreprises d'assurance (respectivement de -3,4 % et -2,9 %). Et pour ces dernières, le manque à gagner a été comblé par les rendements élevés des contrats individuels (8,2 % pour les compagnies d'assurance, et 6,6 % pour les mutuelles).

La nouvelle augmentation des tarifs du complémentaire santé pourrait limiter l'accès à une mutuelle cette année. Les assurés peuvent se faire aider par un comparateur mutuelle santé pour trouver les offres les plus attractives disponibles sur le marché.


L'assurance collective représente 49 % du marché du complémentaire santé

L'entrée en vigueur de l'ANI (Accord National Interprofessionnel) a fait croître la part de l'assurance collective dans l'activité des organismes en 2020. Celle-ci représente 49 % du marché en 2020 contre 47 % en 2015. Cette année a été néanmoins marquée par une baisse historique des prestations (-1,9 %) ainsi qu'une légère hausse des frais pour les organismes.

Au total, le résultat technique excédentaire généré par l'activité des complémentaires santé s'est élevé à 710 millions d'euros. Ces chiffres se situent dans la moyenne enregistrée depuis 2012. Les confinements successifs et la crise sanitaire ont permis de maintenir ce niveau en dépit du déficit du marché collectif.

Quoi qu'il en soit, les assureurs et les organismes de santé espèrent une hausse de leurs bénéfices cette année. La mutualité française anticipe d'ailleurs une augmentation de +3,4 % des cotisations de complémentaire santé.