Agnès Buzyn a dévoilé une batterie de mesures destinées à faciliter l’accès des femmes à l’interruption volontaire de grossesse sur tout le territoire. En effet, le délai moyen entre la demande d’avortement et l’acte lui-même est de 7 jours, d’après une étude mandatée par la ministre pour déterminer les contraintes à l’accès à l’IVG. Les résultats montrent néanmoins des disparités entre les régions.

Des mesures pour faciliter le recours à l’IVG

Cette enquête qualitative et territoriale met en évidence que

« S’il n’existe pas de « zones blanches » pour le recours à l’avortement, il y a des territoires « sous tension » dans la plupart des régions ».

Ainsi, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, se fixe comme objectif :

  • de venir à bout des inégalités territoriales ; 
  • de favoriser l’égalité d’accès à l’IVG.

Ces mesures visent avant tout à mieux former les médecins et sages-femmes, accompagner efficacement les femmes, et adapter les plans d’action aux difficultés rencontrées sur chaque territoire.

Concrètement, des IVG instrumentales seront réalisables dans des centres de santé en début d’année prochaine et l’accès à l’avortement fera partie des critères d’évaluation des centres hospitaliers dans les contrats d’objectifs les rattachant aux ARS.


Par ailleurs, ces mesures concernent également l’intégration prioritaire de l’IVG dans la formation continue des professionnels ainsi que la mise en place d’un annuaire de l’offre IVG dans chaque région, réajusté régulièrement pour être en accord avec la saisonnalité.

Les 20-24 ans sont les plus concernés

L’an dernier, plus de 220 000 cas d’IVG ont été recensés en France. Les tendances par âge de 2017 sont confirmées : le taux de recours à l’IVG est fréquent, mais stable chez les 20-24 ans, il est en baisse chez les moins de 20 ans et en légère hausse chez les femmes plus mûres.

En France, l’avortement est possible jusqu’à 14 semaines après le 1er jour des dernières règles.

Toutefois, ce délai varie en fonction de la technique utilisée :

  • l’IVG médicamenteuse est autorisée jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse ; 
  • l’IVG dans un établissement de santé peut se faire jusqu’à la fin de la 7e semaine de grossesse ; 
  • l’IVG chirurgicale est possible jusqu’à la 12e semaine de grossesse.

Pour rappel, cette intervention peut être remboursée par la mutuelle.